Des mesures contre les drones survolant les centrales nucléaires

le
1
DES MESURES PRISES CONTRE LES DRONES SURVOLANT LES CENTRALES NUCLÉAIRES
DES MESURES PRISES CONTRE LES DRONES SURVOLANT LES CENTRALES NUCLÉAIRES

PARIS (Reuters) - Des dispositions sont prises pour "neutraliser" les drones qui survolent illégalement les centrales nucléaires, a déclaré jeudi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Sept centrales nucléaires ont été survolées par des drones en octobre, sans aucune conséquence sur le fonctionnement des installations ni sur la sécurité, a-t-on appris auprès d'EDF. L'ONG Greenpeace a dit s'inquiéter "de la survenue et de la répétition de ces survols suspects."

"Il y a une enquête judiciaire en cours, il y a des dispositions qui sont prises pour savoir et puis il y a des dispositions aussi qui existent (...) pour neutraliser ces drones", a déclaré le ministre de l'Intérieur sur France Info, sans donner davantage de détails.

"Je suis bien entendu informé de cela et les enquêtes se déploient", a-t-il ajouté.

Les centrales de Creys-Malville (Isère), du Blayais (Gironde), de Nogent-sur-Seine (Aube), de Cattenom (Moselle), de Chooz (Ardennes), de Gravelines (Nord) et du Bugey (Ain) ont été survolées par des drones entre le 5 et le 20 octobre dernier, a indiqué EDF.

Chaque centrale a porté plainte contre X et informé les pouvoirs publics. Le survol de centrales est interdit dans un périmètre de cinq kilomètres et de 1.000 mètres d'altitude autour des sites.

Les survols constatés par EDF ont eu lieu tard le soir, la nuit ou très tôt le matin. Le 19 octobre, quatre sites ont été survolés et le 20 octobre, trois survols ont été détectés au-dessus de la centrale du Bugey, a-t-on précisé.

Pour Greenpeace, qui a démenti mercredi dans un communiqué toute implication dans ces survols, cela témoigne "d'une opération de grande envergure".

"Nous sommes très inquiets de la survenue et de la répétition de ces survols suspects sans qu'aucune réponse sur leur origine ne soit fournie ni par EDF ni par les forces de l'ordre", écrit Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France.

"Ce qui se passe (...) est très inquiétant. Nous demandons au Haut fonctionnaire de défense et de sécurité une enquête sur la sécurité aérienne des sites nucléaires."

Selon l'association, le site du Commissariat à l'énergie atomique de Saclay dans l'Essonne a également été survolé.

(Chine Labbé)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4333993 le jeudi 30 oct 2014 à 10:43

    La chasse au drone d'argile est ouverte. Une bonne carabine de chasse calibre 12 avec du plomb de 6, çà devrait faire l'affaire...