Des logements à 10.000 euros le m² dans un ancien complexe nazi

le
1

Véritable vestige architectural de l’Allemagne hitlérienne, les 4,5 kilomètres de bâtiments de Prora sont désormais quasiment tous habités. Mais une pétition a été lancé contre la vente du dernier des 5 blocs.

Qui l’eût cru? Le point Godwin et l’immobilier ne semblent pas avoir grand chose en commun. Et pourtant! Lorsqu’il s’agit de la réhabilitation d’un ancien complexe nazi, l’expression prend tout son sens. Le sujet n’est d’ailleurs pas exactement une découverte: il y a quelques mois, Le Figaro Immobilier avait déjà présenté l’ensemble du projet... Construite entre 1936 et 1939 sous la dictature nazie d’Adolf Hitler, Prora, un ancien complexe nazi long de 4,5 kilomètres avec ses huits bâtiments identiques, est en passe de se transformer en gigantesque station balnéaire.

Loin d’être anodin, le projet a provoqué des remous lorsqu’il a été annoncé. Certains n’y croyaient pas. Mais désormais, plus les travaux avancent, moins le doute n’est permis. Entièrement repeintes en blanc, les façades abritent déjà des appartements de luxe, dont le prix au mètre carré à l’achat s’élève... à 10.000 euros! C’est ce que rapporte l’hebdomadaire allemand Der Spiegel dans un article. Quatre des cinq unités qui composent le complexe ont été vendues.

Pétition contre la vente du dernier bloc

C’est la vente du dernier bloc qui pose problème, et la décision de vendre prise par l’arrondissement de Poméranie-occidentale-Rügen. Pas moins de 15.000 personnes ont signé une pétition afin de faire échouer cette vente. Pourquoi? Parce qu’ils craignent que cette vente n’efface la dimension symbolique de ce bâtiment. Les signataires de la pétition réclament notamment que l’auberge de jeunesse inaugurée en 2011 ne soit pas supprimée. Ils veulent également ouvrir un lieu de culture et d’échange soit ouvert dans le même bâtiment. Enfin, ils souhaitent également sauver le petit musée consacré à l’histoire de ce lieu.

Pour le moment, ni la région, ni le Bund n’acceptent de financer ses projets et maintiennent la décision de vendre. Cet immense complexe avait été conçu par l’organisation de loisirs nazie «Kraft durch Freude» ( ce qui signifie «la force par la joie») afin de pouvoir loger 20.000 vacanciers durant l’été. Il s’agissait exclusivement des familles des citoyens-modèles, soit les membres du NSDAP, le parti nazi, et les soldats. Mais avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, Prora ne sera finalement jamais ouverte.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 6 mois

    Ouch! Une hideuse barre HLM en béton de 4,5 km de long... même nos architectes sont battus. Pourtant , ils s'y connaissent en laideur.