Des délais d'attente toujours plus longs chez les ophtalmologistes

le
2

Il faut attendre 85 jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous, soit huit de plus qu'en 2014. En cause, l'augmentation des départs à la retraite et le nombre croissant de patients.

Il va falloir s'armer de patience. Il faut désormais attendre 85 jours en moyenne pour obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologiste. Soit huit jours de plus qu'en 2014. Ce délai ne cesse d'augmenter, surtout en secteur 2, selon l'étude nationale d'évaluation des délais d'obtention d'un rendez-vous de consultation en ophtalmologie de Yssup Research pour Point Vision révélée par Le Parisien.

Dans le détail, si le délai moyen augmente, ceux supérieurs ou égaux à 6 mois sont en recul. Ils ne concernent plus que 7% des ophtalmologistes, contre 11% en 2014. L'étude, réalisée auprès de 3239 spécialistes exerçant en ville, montre aussi de fortes disparités régionales. Sur le podium des départements où il fait bon vivre, même avec une myopie, les Alpes-Maritimes peuvent se gargariser d'offrir le délai d'obtention d'un rendez-vous le plus court: 19,7 jours. La Corse et le Var se situent juste après, avec respectivement 35,57 et 36,92 jours d'attente. A l'opposé, le trio de fin: le Finistère accuse le délai le plus long, avec 168,11 jours d'attente. L'Isère (162,96 jours) et la Seine-Maritime (153,76 jours) font à peine mieux.

Parmi les 10 plus grandes villes étudiées, Rennes reste celle, comme en 2014, où il faut se montrer le plus patient. On y obtient une consultation au bout de 123,2 jours. La capitale de la Bretagne est suivie de loin par Nantes (89,4 jours) et Lyon (78 jours). À l'inverse, c'est à Nice que l'attente est la moins longue, avec 21,6 jours, mais aussi à Marseille (30,2) et à Bordeaux (41,6). À Paris, comptez entre 47 et 48 jours pour réussir à voir votre ophtalmologiste.

Départs à la retraite

«Il y a toujours entre 200 et 250 médecins qui partent à la retraite chaque année, pour 150 ophtalmologistes qui arrivent», explique au Figaro Patrice Pouts, président du groupe Point Vision. «Les nouveaux ne compensent pas les départs à la retraite.» Autre problème, le nombre toujours plus important de patients qui ont besoin de consulter un ophtalmologiste. «Le vieillissement de la population, le travail sédentaire, sur tablette, favorisent les problèmes de vue. La majorité des Français est concernée», note Patrice Pouts. Trois Français sur 4 seraient concernés, selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) publié en septembre dernier. Pour endiguer l'attente chez les ophtalmologistes, le rapport évoquait plusieurs pistes, dont la délégation de certaines prescriptions aux orthoptistes.

Des propositions partagées par Patrice Pouts. «Il faut des cabinets pluridisciplinaires, avec les contrôles effectués par des orthoptistes, les examens médicaux par les ophtalmologistes», explique-t-il. «Nos cabinets médicaux sont organisés de cette manière, les rendez-vous sont plus rapides.» Autre solution avancée, la prise de rendez-vous par Internet: «75% des patients le font aujourd'hui, c'est plus facile et plus rapide».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le jeudi 11 fév 2016 à 14:50

    Dans les pays où l'assurance maladie est privée on n'attend pas 3 mois pour un RV. Avec la sécu, c'est toujours moins de remboursement et un service toujours plus lent. On paye la même chose mais pour un service qui se dégrade régulièrement. C'est ça le collectivisme !

  • pokesden le jeudi 11 fév 2016 à 14:21

    merci le socialisme egalitairec'est la debrouille et les relations ,comme au bon temps des soviets