Des cyber-réservistes pour protéger les intérêts français sur le Net

le
0
Soldats français membres de l'unité de cyberdéfense opérationelle CALID à Paris.
Soldats français membres de l'unité de cyberdéfense opérationelle CALID à Paris.

Appel à la mobilisation ! Le vice-amiral Arnaud Coustillière, officier général en charge de la « cyberdéfense » auprès de l'État-major des armées, lance, ce lundi, une grande campagne de sensibilisation auprès des étudiants en informatique français. Il leur propose de rejoindre les bataillons de la réserve opérationnelle et de contribuer ainsi au renforcement de la protection des sites stratégiques hexagonaux dans le cyberespace. Comme l'avait annoncé, au dernier Forum international de la cybercriminalité, Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'État en charge des Anciens Combattants, l'armée prévoit d'enrôler quelque 4 300 réservistes « cyber » d'ici à 2019.

L'annonce de la création de ce bataillon pas comme les autres sera faite le 2 mai après-midi, dans le grand amphithéâtre de l'École militaire, devant un parterre d'élèves d'écoles d'ingénieurs. Arnaud Coustillière, 55 ans, chapeaute depuis 2011 les unités spécialisées dans la cyberguerre qui ont été créées dans tous les régiments de transmission. Mais pas seulement !

Soutenir l'armée dans le cyberespace

Les militaires français ont développé depuis cinq ans plusieurs unités spécialisées dans la défense des systèmes d'information d'importance vitale pour notre pays. La cyberréserve, constituée d'experts en informatique, doit permettre d'appuyer ces unités. Officiellement ces réservistes seront chargés...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant