Départementales : Sarkozy se projette vers 2017

le
0
Après avoir apaisé son parti et posé l'alliance avec le centre, Nicolas Sarkozy montre sa détermination à passer à l'étape suivante de sa stratégie : inventer un nouveau parti.
Après avoir apaisé son parti et posé l'alliance avec le centre, Nicolas Sarkozy montre sa détermination à passer à l'étape suivante de sa stratégie : inventer un nouveau parti.

S'estimant renforcé dans sa stratégie avec des départementales "nettement gagnées" par la droite et le centre, Nicolas Sarkozy se projette vers 2017 en promettant "un projet républicain d'alternance, fort, réaliste et profondément nouveau", au coeur du nouveau parti qu'il s'apprête à fonder. Le président de l'UMP recevra le 8 avril tous les élus UMP aux élections départementales, a indiqué le porte-parole du mouvement, Sébastien Huyghe, soit 1 002 conseillers départementaux. L'UMP, alliée à l'UDI et au MoDem, se retrouve aux commandes de 66 départements (de 1 125 à 1 155 cantons), avec un gain de 25 départements, dont la Corrèze et l'Essonne, les très symboliques fiefs du président François Hollande et de son Premier ministre Manuel Valls. Autres prises de guerre : le Nord, fief de Martine Aubry, ou la Seine-Maritime, celui de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. Un seul revers : le basculement de la Lozère à la gauche, qui ne contrôle plus que 34 départements. Défis La droite républicaine et le centre ont ainsi fait mieux qu'inverser la tendance (jusqu'ici, la gauche détenait 60 départements, la droite 40), objectif de base revendiqué au fil des meetings de campagne. "L'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera." Dimanche soir, devant les caméras, le président de l'UMP lance ces mots - les mêmes que ceux prononcés par lui au soir du premier tour - sur un ton de défi. Défi envers la majorité, dont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant