Départementales 2015 : le Front national en deçà de ses espoirs

le
0
Marine Le Pen après avoir voté à Hénin-Beaumont le 22 mars 2015.
Marine Le Pen après avoir voté à Hénin-Beaumont le 22 mars 2015.

Au siège du FN, les visages fermés de Florian Philippot et des cadres du parti sont révélateurs des mauvais résultats. Depuis que Marine Le Pen a pris les commandes du parti fondé par son père (en 2011), elle avait réussi à créer une dynamique électorale : le FN a terminé troisième à la présidentielle de 2012, a acquis une dizaine de villes aux élections municipales, est devenu le premier parti de France aux européennes (25,5 % des voix), et a envoyé deux élus au Sénat pour la première fois de son histoire. Selon les instituts de sondage, les départementales 2015 ne constituent pas un véritable coup d'arrêt pour le parti d'extrême droite, qui poursuit son enracinement, mais les résultats sont en dessous de ses espérances.

La dynamique semble ralentie

S'il fait beaucoup mieux que lors des cantonales de 2011 où il n'avait réuni que 15 % des scrutins au premier tour, il a perdu son statut de premier parti de France. Contre toute attente et malgré les prévisions des sondeurs qui plaçaient le FN à environ 30 %, celui-ci arrive derrière les droites (36,3 % des voix, selon les premières estimations) et les gauches (28 % pour le PS et ses alliés). S'il fait presque autant qu'aux européennes, sa dynamique semble ralentie. Le FN a-t-il atteint un nouveau plafond de verre ?

Les objectifs seront-ils atteints ?

"L'homme politique est un animal de territoire", expliquait Marine Le Pen lors de sa tournée des départementales dans le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant