Départementales 2015 : la gauche a perdu l'Eure dès le premier tour

le
0
La victoire dans l'Eure est à portée de main, a déclaré l'UMP Bruno Le Maire sur France 3.
La victoire dans l'Eure est à portée de main, a déclaré l'UMP Bruno Le Maire sur France 3.

À l'image du président sortant, Jean-Louis Destans (PS) éliminé dès le premier tour à Brionne (20,4 % des voix), la gauche sort lourdement défaite : seulement 23,8 % des suffrages dimanche soir. Et la moitié des 421 000 électeurs se sont rendus aux urnes. Le PS et le PCF, qui détenaient 24 des 43 sièges dans l'assemblée sortante, ne terminent premiers que dans quatre cantons, dont trois pour le PS. Comme partout, PS, Front de gauche et Verts ont multiplié et empilé les candidatures. Ainsi, la gauche est dès le premier tour exclue de l'emblématique canton de Louviers, qui fut le fief de Pierre Mendès France, figure historique. Aux municipales de 2014, l'UDI avait déjà repris la mairie de Louviers au PS. L'opposition UMP-UDI vire en tête dans dix cantons avec 31,8 % sur l'ensemble du département. L'opposition, unie sous la direction de Sébastien Lecornu, premier lieutenant du député UMP Bruno Le Maire, est bien partie pour reprendre le conseil départemental qui a basculé à gauche en 2001. "La victoire dans l'Eure est à portée de main", a déclaré Bruno Le Maire sur France 3. Les seuls élus du premier tour sont d'ailleurs un binôme UMP-UDI à Pacy-sur-Eure. Un ancrage toujours plus profond du FN Cependant, l'enseignement essentiel du scrutin demeure l'ancrage toujours plus profond du Front national à l'occasion d'une élection locale : 31,4 % des suffrages et à peine 700 voix de retard sur l'UMP-UDI. Un peu moins bien qu'aux européennes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant