Départementales 2015 : Jean-Noël Guérini en force... même sans le PS

le
0
Jean-Noël Guérini s'entend presque avec tout le monde dans les Bouches-du-Rhône.
Jean-Noël Guérini s'entend presque avec tout le monde dans les Bouches-du-Rhône.

Chemise blanche ouverte, sourire radieux, Jean-Noël Guérini serre le maire de Plan d'Orgon dans ses bras. Une banda de cuivres envoie quelques airs provençaux sous le soleil, les parfums de l'aïoli fleurissent sous les tilleuls en ce début d'automne 2014. "C'est là que je suis le mieux. Avec mes amis, loin de Marseille, de ses turpitudes et de ce qu'on peut dire sur moi. Ici, c'est la vraie vie." Un verre de vin rosé à la main, les maires du nord des Bouches-du-Rhône acquiescent avant de passer à table. Pour ce qui est de tenir parole "on ne l'a jamais pris en défaut", glisse Yves Picarda, maire divers droite d'un village, Rognonas, que l'on assimile pourtant à la Vendée provençale. Dans ces terres dévolues à la droite, Jean-Noël Guérini, quarante ans d'une carrière politique à gauche, est chez lui.C'est en partie là que l'actuel président du conseil général a même conquis trois sièges aux sénatoriales en septembre dernier. Sous une étiquette nouvelle, celle de La Force du 13, une formation politique bâtie à l'automne à la fois sur le rejet du Parti socialiste quitté portes claquantes quelques mois plus tôt et sur celui, plus pragmatique, de la future métropole. Un mouvement qui puise autant chez les communistes qu'au centre-droit. "On peut reprocher des choses à Jean-Noël Guérini, mais il a deux qualités : il tient ses engagements et il est présent sur le terrain. Demain, si on n'a plus l'aide du conseil général, je me demande...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant