Départementales 2015 - Haute-Corse : place au duel fratricide

le
0
Le président du Conseil exécutif de Corse a plaidé en faveur de M. Orlandi au détriment de M. Padovani.
Le président du Conseil exécutif de Corse a plaidé en faveur de M. Orlandi au détriment de M. Padovani.

"Le poste te revient de droit, mais je le donne à François Orlandi." Cette phrase, rapportée par Jacky Padovani, conseiller général PRG (Parti radical de gauche) de San-Martino-di-Lota, n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd. Paul Giacobbi l'a prononcée à la mi-décembre lors d'une réunion dans un hôtel de Bastia, dans le sillage de la démission de Joseph Castelli de la présidence de l'assemblée départementale.

Un retrait, "pour des raisons de santé", qui avait ouvert les hostilités en Haute-Corse pour sa succession jusqu'au renouvellement de mars. Si bien que Paul Giacobbi, qui a pourtant quitté le fauteuil de la présidence du conseil général de Haute-Corse en 2010 pour accomplir son destin territorial à la tête de l'exécutif de l'Assemblée de Corse, avait décidé de se mêler sèchement de cette succession.

Fin tacticien, l'élu territorial, également député de la deuxième circonscription de Haute-Corse, avait clairement désigné François Orlandi face à Jacky Padovani, agissant sans mettre les gants, cette fois, en exigeant que les autres conseillers généraux se rangent dans cette coalition. Un arbitrage que d'aucuns ont considéré d'emblée comme bien trop... arbitraire. On devine le malaise au sein de la majorité.

Partie d'échecs

En abattant ses cartes, Paul Giacobbi s'était risqué à une partie d'échecs. Tout d'abord parce que les deux candidats - et amis de longue date - François Orlandi et Jacky Padovani siègent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant