Départementales 2015 - Didier Schuller, le "Don Quichotte" des Hauts-de-Seine

le
0
Didier Schuller parle à ses militants sur le marché de Clichy.
Didier Schuller parle à ses militants sur le marché de Clichy.

À Clichy-la-Garenne, ville mitoyenne de Levallois-Perret dirigée par les époux Balkany, Didier Schuller, qui fait campagne pour les départementales aux côtés de la conseillère municipale Mireille Gitton (UDI), ne se déplace plus sans son garde du corps, un jeune homme massif qui n'a pas l'air de plaisanter. Une précaution rendue nécessaire, explique-t-il, par la violence de ses adversaires politiques. "Didier Cotillard" Au café Les Garçons, en face du marché où les militants tractent, Didier Schuller montre son poignet pour prouver son agression récente par un militant de Rémi Muzeau, candidat UMP à Clichy et suppléant du député Patrick Balkany. "On ne voit plus rien là, mais j'ai été blessé", jure le ressuscité entre deux gorgées de chocolat chaud. Si Didier Schuller s'est vu prescrire trois jours d'interruption temporaire de travail (ITT) et a annoncé avoir porté plainte, Antoine Tristan, le directeur de campagne de Rémi Muzeau, promet que celui-ci "a simulé" pour porter atteinte à l'image de son rival de droite. "Le militant a fait un geste de provocation, comme peuvent faire les Italiens. Didier Schuller est tombé, et Patrice Pinard (conseiller municipal proche UDI, NDLR) lui a dit de rester par terre en attendant les pompiers et la police. Maintenant, on l'appelle Didier Cotillard." L'altercation entre les deux camps trouve son origine dans une histoire de sous. Les frais avancés par Didier Schuller pour sa campagne des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant