Démission du gouvernement : Montebourg rétablit sa vérité

le
0
Alors que le renouvellement du gouvernement en août avait été perçu comme un acte d'autorité de Matignon, Montebourg et Hamon donnent leur version.
Alors que le renouvellement du gouvernement en août avait été perçu comme un acte d'autorité de Matignon, Montebourg et Hamon donnent leur version.

Arnaud Montebourg y tient : ce n'est pas Manuel Valls qui l'a remercié, mais lui qui a décidé quitter le gouvernement le 25 août dernier. C'est en tout cas ce dont il s'est targué ce dimanche auprès du Figaro, en marge de sa rentrée politique à Laudun-L'Ardoise. Une information confirmée par Benoît Hamon. L'ex-ministre de l'Éducation nationale a même ajouté ce lundi au micro de France Inter que la décision avait été prise de concert avec Christiane Taubira, Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti et lui-même, au cabinet de la garde des Sceaux et avant toute rencontre avec le Premier ministre. "Ma liberté"Lors de son départ, l'ex-ministre de l'Économie avait d'ores et déjà insisté sur le fait que c'était lui qui avait claqué la porte du gouvernement. "Je crois nécessaire de reprendre ma liberté. Le Premier ministre accepte de me la rendre", avait-t-il déclaré pour annoncer qu'il ne ferait pas partie du futur gouvernement.La veille, face aux propos tenus par Arnaud Montebourg lors de la Fête de la rose de Frangy-en-Bresse contre la politique économique du gouvernement, Manuel Valls avait estimé qu'une "ligne rouge" avait été franchie", laissant entendre que le maintien de Montebourg était impossible. Le lendemain, l'Élysée indiquait que le Premier ministre avait présenté la démission de son gouvernement. L'Élysée lui demandait de "constituer une équipe en cohérence avec les orientations définies pour notre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant