Démission de Macron - La stratégie de Valls pour ne pas couler

le
0
La rivalité entre Emmanuel Macron et Manuel Valls a déjà éclaté devant les caméras à plusieurs reprises.
La rivalité entre Emmanuel Macron et Manuel Valls a déjà éclaté devant les caméras à plusieurs reprises.

Après la démission d'Emmanuel Macron, Manuel Valls libéré ? Manuel Valls soulagé ? Manuel Valls inquiet ? Un peu des trois, en réalité. Le Premier ministre est, certes, débarrassé, au sein du gouvernement, d'un élément un peu trop ambitieux à son goût, un peu trop libre de ses propos, un peu trop médiatique, un peu trop insolent, qui l'avait littéralement exaspéré en déclarant qu'être élu « est un cursus d'un ancien temps ». Mais il voit s'échapper dans la nature un sérieux concurrent pour l'avenir. Au plus tôt pour 2017, au plus tard pour 2022.

L'ancien ministre de l'Économie ne s'est peut-être pas encore déclaré candidat à la présidentielle, mais il est déjà en campagne, auprès des éleveurs pour commencer, à la Foire de Châlons-en-Champagne dès jeudi. Il proposera un premier bilan de l'état du pays le 20 septembre, avant de faire des propositions plus concrètes dans un livre à paraître en octobre. Tout cela sur le même créneau idéologique que celui du Premier ministre : social-libéral, transgressif pour une grande partie de la gauche. « Disruptif », dirait Macron. Son programme sera dirigé vers un élargissement naturel au centre, voire au centre droit. « Une maison commune des progressistes », selon l'expression de... Valls.

« La loyauté n'entrave personne. La déloyauté nous blesse tous »

Sauf que Macron, contrairement au chef du gouvernement, a l'avantage aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant