Démission de Copé : les coulisses d'une exécution

le
1
Jean-François Copé a dû démissionner de la présidence de l'UMP à l'issue d'un bureau politique mouvementé.
Jean-François Copé a dû démissionner de la présidence de l'UMP à l'issue d'un bureau politique mouvementé.

Nathalie Kosciusko-Morizet ne fait pas de compromis boiteux. Aussi, mardi dernier, lors du bureau politique qui a conduit à la démission de Jean-François Copé, c'est sa virulence qui donne le ton quand elle accuse celui-ci de mentir à propos du scandale Bygmalion. Entre eux, le torchon brûle depuis des années. Elle n'a pas oublié que Copé a tout fait pour entraver sa candidature à la mairie de Paris, puis a miné sa campagne à travers de nombreuses dissidences, en particulier celle de Charles Beigbeder. Le moment est venu pour elle de régler quelques comptes... Le président de l'UMP, dans les cordes, ouvre la séance en tentant de se dédouaner et de sauver sa tête. "J'ai découvert tout ça il y a peu (...). J'ai commencé à douter quand Pierre Lellouche a porté plainte (...). Je suis tombé de l'armoire. J'ai été trahi par mes collaborateurs, pourtant proches de moi." Puis il lit le court rapport que lui a remis le directeur général de l'UMP, Éric Cesari. Un document qui ne fait pas plus d'une page et demie et qui décrit le processus décisionnel au sein du parti en matière financière.Copé menace NKM d'un retour de bâton Seul derrière son public comme devant un tribunal, dans une salle en sous-sol de l'Assemblée, Copé donne la parole à l'assistance... L'atmosphère est étouffante. Cinq secondes de blanc. Et NKM se jette à l'eau. "Je ne suis pas objective, je le sais", commence-t-elle, faisant allusion à leur contentieux. Avant de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • OREGON3 le dimanche 8 juin 2014 à 23:36

    je me demande encore comment les électeurs de MEAUX ont-ils pu voté pour cet énergumène