Déficit de 9,7 milliards d'euros dans le budget 2016 de la Sécu

le
5
UN OBJECTIF DE DÉFICIT DE 9,7 MILLIARDS D'EUROS DANS LE BUDGET 2016 DE LA SÉCU
UN OBJECTIF DE DÉFICIT DE 9,7 MILLIARDS D'EUROS DANS LE BUDGET 2016 DE LA SÉCU

PARIS (Reuters) - Le projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS), qui prévoit d'en ramener le déficit à 9,7 milliards d'euros en 2016 au prix essentiellement d'importantes économies sur les dépenses de santé, a été présenté mercredi en conseil des ministres.

Cette baisse du déficit à son niveau le plus bas depuis dix ans selon le gouvernement, verrait le déficit du régime général se réduire de trois milliards à six milliards contre neuf en 2015 et celui du Fonds de solidarité vieillesse à 3,7 milliards contre 3,8.

"Il faut avoir conscience que la réduction du déficit de la Sécurité sociale, c'est un enjeu de pérennisation", a fait valoir le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, lors du compte rendu du conseil des ministres.

Il a souligné l'effort réalisé depuis 2012, quand le déficit cumulé du régime général et du Fonds de solidarité vieillesse avait été de 17,4 milliards, "sans que des franchises ou des déremboursements n'aient été engagés".

"L'effort est fait pour assurer à l'ensemble des personnes qui doivent toucher des prestations de sécurité sociale le fait qu'ils puissent toucher dans de bonnes conditions ces prestations", a-t-il plaidé.

Les comptes de la seule assurance maladie devraient rester dans le rouge, à 6,2 milliards d'euros contre 7,5 attendus en 2015, malgré une maîtrise plus prononcée des dépenses, avec une hausse de 1,75% prévue pour l'Ondam, contre 2,05% cette année.

Cette moindre hausse par rapport à la tendance naturelle d'augmentation impose un effort de 3,4 milliards d'euros, dont 1,05 milliard sur les produits de santé, 690 millions de la gestion de l'hôpital ou 465 millions du "virage ambulatoire".

Le développement de ce dernier, qui vise à prendre en charge des patients à leur domicile en phase post-opératoire, est un objectif du gouvernement même si les études, dont celle de la Cour des comptes, montrent qu'il n'est pas encore atteint.

Pour y contribuer, la hausse des dépenses en soins de ville est prévue à 2,0% et non 1,75%, ce qui n'a pas apaisé pour autant la grogne des médecins libéraux contre la loi santé portée par la ministre Marisol Touraine, en particulier la généralisation du tiers-payant.

Le gouvernement a par ailleurs rappelé la mise en oeuvre de plusieurs mesures dont la "protection maladie universelle" qui s'accompagnera d'une carte Vitale "à vie" et doit permettre la continuité des droits d'une personne quelle que soit sa situation personnelle ou professionnelle.

(Gregory Blachier, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • godardja le mercredi 7 oct 2015 à 18:00

    La Sécu a 70 ans et meurt à petit feu comme le "modèle français" : hôpitaux mal gérés, incompatibilité grandissante entre médecine libérale et médecine socialiste, explosion des coûts des soins, etc. Il faut des réformes en profondeur.

  • marcodan le mercredi 7 oct 2015 à 16:57

    Et la seule optimisation fiscale des entreprises est estimée à 50 milliards d'euros avec la complicité des politiques qui laissent faire!

  • aiki41 le mercredi 7 oct 2015 à 16:19

    augmentation des cotisations, baisse des remboursement, heureusement que les comptes se portent mieux. Ceci étant dit, la SS se porterait encore mieux si toutes les taxes et impôts à connotation "santé" pour mieux faire passer la pilule au peuple français allaient effectivement dans les caisses de la SS

  • mo.conta le mercredi 7 oct 2015 à 16:07

    mettre 3 jours de carences aux fonctionnaires;+moins de social aux envahisseurs...là la sécu débordera pour les français

  • M3182284 le mercredi 7 oct 2015 à 16:05

    Tout ça dans les maternités usines à futurs terroristes, ou alloc de terroristes actuels.