Décrocher un crédit à la consommation grâce aux réseaux sociaux

le
0

Pour évaluer la capacité d'un demandeur de prêt à rembourser ses dettes, des sociétés se basent notamment sur ses «amis Facebook».

Dis-moi qui sont tes amis sur Facebook et je te dirai si je te prête de l'argent. C'est en substance la devise de certaines fintechs, des sociétés financières spécialisées dans le crédit à la consommation en ligne. Pour évaluer la capacité d'un demandeur de prêt à rembourser ses dettes, ces fintechs se basent notamment sur sa popularité sur les réseaux sociaux. Qui s'assemble se ressemble? Ce qui est très éloigné des techniques plus XXe siècle des organismes de crédit traditionnels, lesquels jaugent la solvabilité d'un emprunteur à partir de données tangibles comme ses revenus, ou son historique de crédit. Mais cela revient à exclure un certain nombre de particuliers, souvent jeunes. Ce sont ces derniers que ciblent les fintechs, notamment via Facebook.

Méthodes controversées

Plus intrusives, leurs méthodes d'évaluation 2.0 du risque reposent sur des algorithmes recueillant des informations contenues sur les réseaux sociaux de l'emprunteur et sur son comportement sur Internet. Ceux qui passent leur nuit sur la Toile et ceux qui comptent peu de membres de leur famille comme «amis» sur Facebook sont mal notés. Les approches sont différentes d'un continent à l'autre: en Europe, les sociétés financières s'attachent à la qualité des «amis», en Afrique à leur nombre, explique à l'AFP Gideon Valkin, à la tête de FriendlyScore. Ces méthodes sont controversées. Ces fintechs opèrent surtout dans les pays émergents, mais elles commencent à se développer aux États-Unis et en Europe. Pour l'heure, elles ne sont pas encore arrivées en France, pays cartésien où l'utilisation des données est très encadrée… Mais, demain, qui sait?

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant