Découvrez pourquoi l'Alpe d'Huez veut investir 350 millions d'euros

le
0

VIDÉO - Au bout des 21 virages mythiques, la station veut évoluer. Elle va être réaménagée avec plus de façades en bois, de toits à deux pentes, et surtout quatre nouveaux quartiers avec 4600 nouveaux lits et la liaison rêvée de longue date avec le domaine skiable des 2 Alpes.

Cette année, le Tour de France ne passera pas par l’Alpe d’Huez. Pourtant la station de l’Oisans qui fête ses 80 ans ne manque pas de projets et veut devenir une destination phare de la montagne française été comme hiver. «Nous allons investir plus de 350 millions d’euros dans les années qui viennent» explique Jean-Yves Noyrey, le maire décidé à faire monter en gamme la station et à construire 4600 nouveaux lits dans les années qui viennent, soit un tiers de plus qu’aujourd’hui.

Il a les outils pour y parvenir. Le PLU (plan local d’urbanisme) a été revu en décembre et le plan de développement a été arrêté après... dix ans de débats. Avec à la clé, un investissement considérable (public et privé) qui recouvre à la fois la rénovation des immeubles (les toits à deux pentes remplacent peu à peu les toits plats et le bois se fait plus présent avec des aides à la rénovation pour les particuliers), mais surtout la construction de plusieurs nouveaux quartiers, de parkings souterrains, un réaménagement des voieries, de nouveaux modes de transport et une extension du domaine skiable grâce à une liaison avec les 2 Alpes et les Sybelles (Saint Sorlin d’Arves).

Relier les deux domaines

Le maire espère bien lancer «de manière irréversible avant la fin de son mandat» la liaison avec les 2 Alpes. Il s’agirait de relier les deux domaines à 2100 mètres d’altitude. Dix communes sont concernées par le projet. Regardez la vidéo et vous aurez en avant-première un aperçu de ce voyage de 18 minutes dans les airs qui vous fera passer de l’Alpe d’Huez aux 2 Alpes.

Côté construction, le chantier devrait être lancé en 2017. Trois nouveaux hôtels sont prévus, dont un cinq étoiles. C’est bien une montée en gamme dont rêve la station de l’Oisans avec en bout de course plus de 500 emplois qui pourraient être créés.

Grâce au Tour de France, «l’Alpe» a une renommée mondiale, des cyclistes de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud et de Corée partent déjà régulièrement à l’assaut des 21 virages. Mais depuis une quinzaine d’années, le développement urbanistique et touritique tournait un peu au ralenti.

Comme dans toutes les stations de ski, les élus cherchent à avoir des lits «chauds» loués «de manière pérenne» afin de faire vivre les commerces et la station. Un lit chaud rapporte en effet 5 fois plus à la station qu’une résidence secondaire non louée.

Moins de voitures, plus de places pour les piétons et plus de sapins, l’Alpe veut changer de visage. «Il faut faire tendre l’Alpe d’Huez vers une station piétonne ski au pied pour améliorer la qualité du séjour et réduire l’impact carbone» explique François Badjily, directeur de l’Office de tourisme. Quatre nouveaux sites d’urbanisation sont prévus et un premier opérateur a déjà été choisi, le groupe Vinci. Les autres doivent l’être avant la fin de l’année.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant