Déchéance de nationalité : les approximations de Manuel Valls

le
1
L'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français coupables de terrorisme met le gouvernement en difficulté.
L'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français coupables de terrorisme met le gouvernement en difficulté.

Sur Facebook, le Premier ministre a tenu à faire une mise au point sur le débat très vif qui a lieu sur la mesure de déchéance de nationalité des binationaux, y compris lorsqu'ils sont nés français, que le gouvernement entend faire entrer dans la Constitution. « Revenons-en aux faits ! » s'exclame le Premier ministre, agacé de s'entendre reprocher que la mesure serait d'extrême droite. « C'est strictement faux, écrit Manuel Valls. Ce principe existe dans de nombreux pays démocratiques proches de la France : en Grande-Bretagne, au Canada, en Suisse, aux Pays-Bas et d'autres encore, sans doute. Le même débat existe en Belgique. En Allemagne, la question ne se pose pas puisque la binationalité n'y est pas autorisée. »

LIRE aussi « Déchéance de nationalité : Manuel Valls monte de nouveau au créneau »

Il est exact qu'une telle mesure de privation de la nationalité est possible depuis peu au Canada (où elle a été adoptée après les attentats contre le Parlement d'Ottawa, mais non sans débat, comparable à celui qui agite actuellement notre pays. Ainsi, deux chercheurs déploraient en mai 2014 la rupture d'égalité entre les binationaux canadiens et les Canadiens tout court). Il en est de même en Grande-Bretagne. Depuis 2002, 42 personnes ont été déchues de leur nationalité britannique, dont 5 étaient britanniques de naissance. Mais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 28 déc 2015 à 16:43

    Tout n'est qu'approximations au PS, vu leur niveau.....et le refus de voir la REALITE en face. L'angélisme, le laxisme, ça amuse le peuple jusqu'à un certain point puis arrive l'explosion.