Déchéance de nationalité, état d'urgence : Valls assume le tour de vis sécuritaire

le
1
Manuel Valls, le 15 novembre 2015
Manuel Valls, le 15 novembre 2015

Manuel Valls a qualifié vendredi de "mesure symbolique" le projet, très contesté à gauche, d'inscrire dans la constitution la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français convaincus de terrorisme. "Je rappelle qu'il y a déjà eu un certain nombre de déchéances de nationalité pour les Français binationaux qui ne sont pas nés en France et qui peuvent ainsi être expulsés", a déclaré le Premier ministre sur France Inter.

"Le président de la République ou moi-même n'avons jamais dit que c'était l'arme absolue pour lutter contre le terrorisme", a assuré M. Valls à propos de cette mesure annoncée par le président François Hollande trois jours après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. "Nous préparons aussi des dispositifs avec Christiane Taubira pour donner plus de pouvoir au parquet antiterroriste et au juge antiterroriste", a-t-il poursuivi.

"Mesures symboliques et concrètes"

"Oui, c'est une mesure symbolique". Mais "quand des Français prennent les armes contre d'autres Français, prônant la haine de la France, brûlant d'ailleurs le passeport, reniant tout ce que nous sommes, l'État, la République peuvent être amenés à prendre un certain nombre de mesures, qui sont à la fois symboliques et concrètes", a développé le Premier ministre. "Le texte est aujourd'hui (vendredi) pour examen au Conseil d'État et en fonction de l'avis du Conseil d'État, nous serons...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 11 déc 2015 à 10:33

    Si vous voulez me rendre monégasque, j'accepte sans problème la perte d'une nationalité d'un pays qui n'est plus une nation mais un ramassis divers.