Début de soulagement aux Philippines face au typhon Hagupit

le
0
SOULAGEMENT DANS LE CENTRE DES PHILIPPINES FACE AU TYPHON HAGUPIT
SOULAGEMENT DANS LE CENTRE DES PHILIPPINES FACE AU TYPHON HAGUPIT

MANILLE (Reuters) - Plusieurs centaines de milliers de Philippins ont commencé à regagner lundi les zones du centre de l'archipel évacuées par précaution avant le passage, ce week-end, du typhon Hagupit, mesure qui a semble-t-il permis de minimiser le bilan de la catastrophe.

Seuls quatre décès ont été signalés jusqu'ici alors que plus d'un million de personnes avaient été évacuées. Des centaines d'habitations ont toutefois été détruites par le cyclone, qui était classé ce week-end en troisième catégorie sur une échelle de puissance qui en compte cinq.

Un an après le passage d'Hayan, qui a fait 7.000 morts et quatre millions de sinistrés dans la même zone, les autorités n'ont voulu prendre aucun risque et des villes entières ont été rassemblées dans les 1.500 centres d'accueil qui ont ouvert leur portes vendredi.

"Nous sommes heureux d'avoir tiré les leçons de nos expériences passées. C'est bon signe", s'est félicité Gwendolyn Pang, secrétaire générale de la Croix-Rouge philippine.

Hagupit, qui a touché terre samedi soir, a d'abord balayé l'île de Samar et celle, plus petite, de Masbate, dans le centre de l'archipel. Il a également affecté Leyte et Luzon, la plus grande île, plus au sud. Il est repassé lundi dans la catégorie des tempêtes tropicales en atteignant les îles de Romblon et de Marinduque avec des vents qui atteignent 135 km/h en rafales. Il devrait ensuite passer par Batangas, 90 km au sud de Manille, sur l'île de Luzon, selon la météo nationale.

Dans la capitale, les écoles, les marchés financiers et certains services administratifs ont été fermés par précaution. Les zones les plus basses et les plus exposées ont été évacuées.

Deux avions Hercules C-130 chargés de vivres, d'eau et de matériel de secours ont pu atterrir à Borogan, dans la province de Samar oriental ou l'armée a pu déblayer trois aéroports, dont celui de Tacloban, a annoncé le général Gregorio Catapang, chef d'état-major des forces gouvernementales.

Plus 48.000 habitants de Tacloban avaient été évacués, mais les dégâts y sont mineurs. La ville avait été dévastée l'an dernier par Hayan.

Selon Emiliana Villacarillo, maire de Dolores, autre ville du Samar oriental, 80% des habitations ont été détruites dans les villages des alentours. "Seules les grosses maisons sont encore debout", a-t-elle dit, ajoutant que les récoltes de riz avaient été détruites.

D'après son homologue de Jipadad, ville de 7.000 habitants située dans la même province, les inondations empêchent encore les gens de rentrer chez eux.

(Rosemarie Francisco, Manuel Mogato et Neil Jerome Morales, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant