Débat de la primaire de la droite : François Bayrou plutôt que Bruxelles

le
1
  La séquence consacrée à François Bayrou lors du deuxième débat des candidats à la primaire de la droite a « volé » le temps qui devait être consacré à l?Europe.  
  La séquence consacrée à François Bayrou lors du deuxième débat des candidats à la primaire de la droite a « volé » le temps qui devait être consacré à l?Europe.  

Pendant vingt minutes, les téléspectateurs du débat de la primaire de la droite ont eu droit à une bagarre sur le thème « que faire avec le président du MoDem ? ». Le sort du maire de Pau est évidemment au centre des préoccupations des Français et déterminant pour l'avenir du pays. Tout cela fut passionnant. À un détail près? Cette séquence a « volé » le temps qui devait être consacré à l'Europe pendant cette soirée.

L'Union européenne après le Brexit ? La réforme de la Banque centrale européenne (BCE) ? Le fonctionnement de la commission ? Les frontières ? Nos rapports avec l'Allemagne ? Le gouvernement économique européen ? Pourquoi les Allemands sont-ils plus compétitifs ? Peu importe, il fallait d'abord débattre du sort de François Bayrou. Les différences sont pourtant majeures entre un Jean-Frédéric Poisson proche des positions souverainistes et un Alain Juppé dans le camp des fédéralistes. Nicolas Sarkozy et François Fillon, qui étaient aux affaires pendant la crise de l'euro, avaient certainement des tas de choses à dire. Bruno Le Maire aussi (il est diplomate de formation et a été chargé des Affaires européennes dans le gouvernement Fillon). Mais, non, parlons de François B. d'abord.

Même chose pour le reste du monde et de la politique étrangère. On n'en parlera pas tant que Nicolas Sarkozy n'aura pas dit tout le mal qu'il pense du centriste et Alain Juppé signifié qu'il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Neova il y a un mois

    Ça, on le doit aux journalistes ! Ne fallait-il pas plutôt commencer par cet important chapitre ? Tout le monde savait que Sarkozy voulait attaquer Juppé par Bayrou ! Il a même insisté pour ne pas lâcher le morceau. C'est la technique du "bouc émissaire" qui permet de monopoliser le débat