De la programmation informatique dès la maternelle ?

le
1
Des élèves d'une école de Sélestat utilisent un programme permettant de recréer une ville imaginaire.
Des élèves d'une école de Sélestat utilisent un programme permettant de recréer une ville imaginaire.

"Si c'était une économie nationale, ce serait la cinquième mondiale." C'est David Dean, l'un des auteurs d'un rapport publié par le Boston Consulting Group, l'un des plus prestigieux cabinets américains de conseil, qui l'affirme : l'économie numérique contribuera pour 4 200 milliards de dollars à l'économie des pays du G20 en 2016. En 2010, elle représentait déjà 4,7 % du PIB américain, grâce à Google ou à Facebook. Le Vieux Continent n'est pas en reste puisqu'en 2010 la part des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans le PIB était de 4,18 % en France, 4,02 % en Allemagne, et 6,40 % en Suède (le leader européen il y a 4 ans). Face à ce développement exponentiel, les États-Unis ont donc décidé de former les Américains aux bases de la programmation, dès la maternelle ! C'est ce que révèle la une du New York Times du dimanche 11 mai. Le quotidien affirme en effet que le codage est en passe de devenir une matière enseignée au même titre que la lecture, l'écriture ou les mathématiques dans de nombreux États. "Les ordinateurs sont partout" Ainsi, le district scolaire de Chicago souhaite imposer la programmation comme un prérequis pour terminer le lycée : d'ici à 2016, cela devrait être le cas dans toutes les écoles publiques et dans 25 % des autres. C'est comme s'il y avait une épreuve de programmation obligatoire au baccalauréat en France ! Pour atteindre cet objectif, l'accent est mis sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 16 mai 2014 à 11:10

    L'enseignement de la programmation est une urgence, actuellement les jeunes ne sont que des consommateurs d'informatique sans en avoir les moindres bases. Mais...pour ce faire, faudrait-il aussi que les enseignant en soient capables, et là, c'est mission impossible.