Dans les camps de réfugiés des chrétiens d'Irak

le
0
Des chrétiens d'Irak réfugiés au Kurdistan.
Des chrétiens d'Irak réfugiés au Kurdistan.

C'est du provisoire qui pourrait bien durer toute une vie ou ce qu'il en reste. Ici, à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, ils sont des dizaines de milliers de chrétiens à être venus se réfugier en août dernier. Du jour au lendemain, tous ont dû fuir Mossoul, Qaraqosh, la plaine de Ninive, à 70 kilomètres de là, chassés par les tueurs de Daesh. Là-bas, il n'y a plus un seul chrétien. À Ankawa, la cité chrétienne au coeur d'Erbil, des dizaines de milliers de réfugiés sont entassés depuis l'été dernier, dans des tentes, des hangars, un hôtel en construction et même un centre commercial abandonné. Ils attendent. Entre la conversion, la mort et le départ, ils ont choisi, si l'on peut dire, de tout laisser derrière eux. Leur maison, leurs biens, une vie heureuse ou banale, mais qui était la leur. Leur seul "crime" : être chrétiens. "Quand nous sommes allés là-bas, nous avons entendu 200 fois la même histoire, et à chaque fois elle était différente, explique Mgr Barbarin, qui a choisi, au lendemain de sa visite à Qaraqosh, de jumeler son diocèse à celui, désormais virtuel, de Mossoul. "Je leur ai dit : nous sommes prêts à faire tout ce qui est utile et bon pour que ceux qui veulent rester le puissent. Ils disent qu'ils n'ont besoin de rien, mais ce n'est pas vrai." Partir est un mirageCes chrétiens d'Irak ont sauvé leurs vies, mais ils n'en ont plus. Les chrétiens étaient près d'un million avant l'invasion américaine,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant