Dans le nouveau QG des cybergendarmes

le
0
Situé à Cergy-Pontoise sur plus de 27 000 mètres carrés, le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale compte plusieurs entités de cyberenquêteurs.
Situé à Cergy-Pontoise sur plus de 27 000 mètres carrés, le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale compte plusieurs entités de cyberenquêteurs.

Le képi n'a pas changé, mais les méthodes d'investigation de la « maréchaussée » sont en plein bouleversement. Depuis dix ans, la gendarmerie nationale investit massivement le champ numérique. Hier installées au fort de Rosny, ses équipes dédiées au monde digital disposent, depuis mai 2015, d'infrastructures flambant neuves à Cergy-Pontoise. Le Point.fr a pu les visiter quelques jours avant l'ouverture du 8e Forum international de la cybersécurité, qui doit se tenir les 25 et 26 janvier prochains à Lille.

Le général Marc Watin-Augouard, qui a créé cette manifestation en 2007 et a joué un rôle majeur dans la transformation des modes d'action de la gendarmerie, décrit l'infrastructure comme « le bras armé technologique » de la gendarmerie. L'armée compte aujourd'hui près de 2 000 « cybergendarmes » à travers l'Hexagone. Chaque section de recherche dispose de son unité « cyber ». Hier focalisés sur la lutte contre la pédopornographie « online », ces militaires se déploient dans différentes directions.

Lutte contre le terrorisme (et son apologie), poursuites contre les escrocs en ligne, récupération de données utiles lors d'enquêtes criminelles, sécurisation des objets connectés (à commencer par les véhicules du futur), exploitation du « big data » pour faire de la « prévention », la gendarmerie investit massivement les « mondes virtuels ». Elle doit d'ailleurs bénéficier d'une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant