Dans le Cher, une commune installe des capteurs pour traquer le stationnement trop long

le
0

La petite ville de St-Amand-Montrond a installé une vingtaine de capteurs sur des emplacements de parking «stratégiques» dans le but de faciliter la circulation autour des commerces.

Une première en France dans la lutte contre les voitures «ventouses», qui restent stationnés des jours à la même place. La petite ville de St-Amand-Montrond, dans le Cher, a installé des capteurs sur 21 places de stationnement considérées comme «stratégiques», c'est-à-dire situées devant une boulangerie, un buraliste ou les autres commerces de centre-ville. Ces capteurs, qui seront officiellement mis en marche ce vendredi, détecteront la durée de stationnement de chaque véhicule sur ces emplacements. «Au bout d'une demi heure, si la voiture est toujours là, le capteur envoie un signal à la police municipale qui intervient pour demander à l'automobiliste de bouger son véhicule», explique Thierry Vinçon, le maire de la commune de près de 11.000 habitants.

«Il ne s'agit pas de verbaliser les conducteurs, mais de les rappeler gentiment à l'ordre», précise l'édile. «Les habitants se plaignent souvent qu'il est difficile de se garer dans certaines zones. L'objectif est de faciliter l'accès aux commerces.» Au total, St-Amand-Montrond compte 1600 places de stationnement, dont seules 160 sont payantes. Six de ces capteurs «place-minute» seront disposés sur la place Mutin, et six autres rue Pasteur, le reste étant localisé devant l'Hôtel de Ville, place du Marché, ou encore rue de l'Ecu. Coût du dispositif: 10.600 euros.

Depuis 2012, St-Amand-Montrond investit massivement dans sa démarche «Smart City», un projet global pour devenir une ville connectée. Concrètement, la ville a déjà déployé 90 capteurs dans des bâtiments municipaux pour surveiller des données telles que la consommation d'eau, d'électricité, de gaz, de téléphone ou le niveau de bruit ou encore la qualité de l'air. «Cette surveillance au quotidien permet à la ville de réaliser des économies, notamment en repérant d'éventuelles fuites d'eau ou de gaz et en pouvant ainsi y remédier au plus vite», souligne Thierry Vinçon.

La facture d'énergie de la ville s'élève chaque année à 1,2 million d'euros, soit 27% des charges courantes. Grâce à son projet mis en oeuvre en partenariat avec M2OCity (un consortium monté par Veolia et Orange), St-Amand-Montrond a réalisé 24.850 euros d'économies sur sa facture de gaz et 15.000 euros sur l'eau en 2015. «Nous sommes un peu un laboratoire du futur», se réjouit le maire, qui n'hésite pas à comparer sa commune à des métropoles comme Madrid, Munich, Vienne ou Lyon qui, elles aussi, investissent dans des solutions innovantes pour réduire leurs coûts et leur empreinte environnementale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant