Crash de l'A320 : l'optimisme raisonnable des enquêteurs

le
0
Rémi Jouty a démenti que l'enveloppe de la seconde boîte noire ait été localisée, contrairement à ce qu'a affirmé François Hollande.
Rémi Jouty a démenti que l'enveloppe de la seconde boîte noire ait été localisée, contrairement à ce qu'a affirmé François Hollande.

L'heure de retard prise lors du commencement de la conférence de presse du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile (BEA) a été mise à profit au Bourget par les enquêteurs pour réussir à lire le CVR (Cockpit Voice Recorder), l'enregistreur vocal qui avait été retrouvé mardi sur les lieux du drame. Cette boîte noire était en mauvais état et le BEA a rencontré dans un premier temps des difficultés pour lire les données. Rémi Jouty, directeur du BEA, a commencé son exposé par cette bonne nouvelle : "Il en a été extrait un fichier de données vocales. Il va falloir maintenant comprendre et interpréter les sons, identifier les voix. C'est un travail itératif qui demande du temps", a-t-il déclaré, refusant toutefois d'évoquer s'il y a entendu des paroles jusqu'à la fin du vol ou si des alarmes ont été perçues. Il s'est déclaré raisonnablement optimiste sur l'issue de l'enquête, mais s'est refusé à privilégier à ce jour une ou des causes. On connaît les derniers mots échangés par les pilotes de l'Airbus avec le centre de contrôle régional de Marseille, qui enregistre systématiquement les communications : "Direct IRMAR Merci 18G." Décryptons. "Direct IRMAR" accuse réception de l'autorisation donnée par le centre de contrôle de faire route directe vers IRMAR, le prochain point de report prévu au plan de vol vers Düsseldorf. "18G" est le raccourci de l'indicatif radio GWI18G du vol Germanwings. Rien dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant