Crash de l'A320 - Être deux dans le cockpit : une mesure efficace ?

le
1
La mesure soulève la réticence de certains et passera par la négociation à Air France.
La mesure soulève la réticence de certains et passera par la négociation à Air France.

Les unes après les autres, les compagnies aériennes annoncent qu'elles introduisent une procédure pour qu'un pilote ne reste pas seul dans le cockpit et qu'il y ait la présence d'un autre membre de l'équipage, si une absence temporaire est nécessaire. Cette mesure, prise dans l'urgence, destinée avant tout à rassurer l'opinion publique, a été aussi recommandée par les autorités européennes de la sécurité aérienne et s'applique donc à toutes les compagnies du vieux continent. Le Canada s'y est rallié. Une traînée de poudre qui illustre parfaitement le concept de sécurité du transport aérien. Dans un accident, dès qu'un facteur causal est identifié, il est immédiatement porté à la connaissance de la communauté aéronautique pour éviter qu'un autre événement du même type ne se reproduise. Fausse note cependant, dans le cas de Germanwings. Les circonstances du suicide du pilote enfermé dans le cockpit ont été connues par une fuite aux États-Unis alors qu'elles auraient du être révélées par le BEA du Bourget dès mercredi quand celui-ci a découvert le contenu de l'enregistreur vocal de l'A320. Le BEA est depuis aux abonnés absents. Il n'a pas joué son rôle, empêché au plus haut niveau politique par son ministère de tutelle qui souhaitait communiquer... après les élections départementales ! Pourquoi quitter le cockpit ? Cette double présence dans le cockpit - un pilote et une autre personne de l'équipage - va...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le samedi 28 mar 2015 à 14:17

    la seule mesure efficace serait de pouvoir prendre le relais des commandes à distance , mais comme tout logiciel peut être piraté ...