Crash de l'A320 : de nouveaux indices accablent Andreas Lubitz

le
0
Des notes de spécialistes sur l'état d'Andreas Lubitz n'ont pas été communiquées à la Lufthansa.
Des notes de spécialistes sur l'état d'Andreas Lubitz n'ont pas été communiquées à la Lufthansa.

Près d'un mois après le crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes, de nouvelles révélations du New York Times pointent des failles dans le suivi psychologique d'Andreas Lubitz. Le copilote de l'avion est soupçonné d'avoir volontairement fait s'écraser l'appareil, entraînant la mort de 149 personnes le 24 mars.Si l'homme avait passé avec succès un examen médical en août 2014, des notes réalisées par des spécialistes n'ont jamais été communiquées à la direction de la compagnie ni à sa maison-mère Lufthansa. En raison d'une "culture omniprésente de la vie privée", la société a entretenu une forme "d'aveuglement" quant à l'état instable du copilote. Selon les enquêteurs, celui-ci a consulté plus d'une douzaine de médecins pour trouver un traitement contre ses maux. Le New York Times affirme que la Lufthansa a peu de contact avec ses pilotes et dans le cas de Lubitz, elle n'avait qu'une connaissance partielle de la sévérité de ses troubles psychologiques depuis qu'il avait commencé sa formation de pilote.Des recherches sur de précédentes catastrophesDe plus, le journal américain assure qu'Andreas Lubitz avait savamment préparé sa mort et celle de ses malheureux passagers. Ce sont des onglets retrouvés ouverts sur son iPad le jour du vol qui le trahissent. Une page revenait sur la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines, l'autre sur le crash d'un vol de la compagnie mozambicaine LAM en Namibie...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant