Crash Air Algérie : les sondes des moteurs ont givré

le
1
L'appareil s'est écrasé au Mali, à l'ouest de Gao. Parmi les 110 passagers, 54 Français.
L'appareil s'est écrasé au Mali, à l'ouest de Gao. Parmi les 110 passagers, 54 Français.

L'aviation civile du Mali, pays où a eu lieu le crash du vol Ouagadougou-Alger le 24 juillet dernier, est chargée de l'enquête technique prévue par les textes internationaux. Mais ce sont les moyens techniques et le savoir-faire du BEA français au Bourget qui sont mis en oeuvre pour lire les enregistreurs de vol et analyser l'accident. Cent dix passagers et six membres d'équipage y ont perdu la vie. Le MD 83 immatriculé en Espagne EC-LTV effectuait le vol régulier de nuit AH 5017 au départ de Ouagadougou (Burkina Faso) et à destination d'Alger. L'appareil était affrété avec équipage à la compagnie espagnole Swiftair.

Les enquêteurs viennent d'identifier la cause de l'accident. En givrant à l'altitude de croisière dans une atmosphère très humide, des capteurs de pression (EPR), situés sur les moteurs, ont transmis des informations erronées à l'automanette. Celle-ci règle la poussée des moteurs en fonction de la vitesse demandée par l'équipage. Sur la base de ces paramètres erronés, une poussée insuffisante a été indiquée aux moteurs par l'automanette. L'avion a alors ralenti. De son côté, le pilote automatique a corrigé l'assiette de l'avion à cabrer pour maintenir l'altitude. "C'est ainsi qu'à compter de l'apparition de l'erreur de mesure des valeurs d'EPR la vitesse de l'avion a diminué de 290 à 200 noeuds en 5 minutes et 35 secondes environ et l'incidence a augmenté jusqu'au décrochage de l'avion", écrit le BEA. L'avion est parti...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le vendredi 3 avr 2015 à 14:13

    les automatismes ont toujours leurs limites.