Contre le terrorisme, les conseils de la Chine aux démocraties

le
1
Capture d'écran montrant des Ouïghours condamnés à mort après une attaque ayant fait une centaine de morts dans la province autonome du Xinjiang en octobre 2014.
Capture d'écran montrant des Ouïghours condamnés à mort après une attaque ayant fait une centaine de morts dans la province autonome du Xinjiang en octobre 2014.

L'occasion était trop belle. Au lendemain du drame de Copenhague, la Chine donne la leçon à une Europe déboussolée par l'irruption de la violence en son coeur. Officiellement, bien sûr, Pékin se joint au concert international de condamnations des attaques meurtrières qui ont frappé ce week-end la capitale danoise, lutte antiterrorisme planétaire oblige. Mais la presse contrôlée par le régime prend moins de gants et saute sur l'occasion pour s'attaquer à la "liberté d'expression", nouvelle bête noire du président Xi Jinping. "La liberté de parole affaiblit la lutte antiterroriste en Europe", assène le très nationaliste Global Times, ce lundi. Pour ce quotidien proche du parti, la liberté de ton en vigueur dans les démocraties occidentales porte une lourde responsabilité dans les drames qui ont frappé Charlie Hebdo et maintenant le Danemark.En clair, les gouvernements européens récoltent ce qu'ils méritent en laissant la main libre à des caricaturistes tels Lars Vilks, pour "ridiculiser continuellement l'islam", estime l'éditorialiste Liu Zhu. "L'Europe n'a pas pris la bonne approche. Sa volonté de défendre la liberté d'expression est plus forte que celle de rassembler les musulmans. Cela contribue à accroître les tensions", juge le Global Times. Et d'appeler les autorités du Vieux Continent à interdire le blasphème et à faire plus d'efforts pour respecter les communautés musulmanes.Des conseils qui ne manquent pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 16 fév 2015 à 18:20

    Ils n'ont pas tort, les Chinois, on peut rire de tout, mais quand on risque sa vie et celle des autres, on est en droit de regarder en deux fois. Qu'a-t-on à y perdre? Va-t-on se planter devant un taureau et agiter un chiffon rouge quand on n'est pas toréador? La liberté de se faire encorner : pour celui qui la veut, pas pour moi.