Continental Resources réécrit son histoire pour le divorce de son PDG

le
0
CONTINENTAL RESOURCES RÉÉCRIT SON HISTOIRE POUR AIDER SON PATRON À DIVORCER
CONTINENTAL RESOURCES RÉÉCRIT SON HISTOIRE POUR AIDER SON PATRON À DIVORCER

OKLAHOMA CITY (Reuters) - La compagnie pétrolière américaine Continental Resources revisite son histoire de manière à minimiser le rôle de son fondateur et patron Harold Hamm et lui éviter ainsi un divorce trop coûteux.

Harold Hamm, 68 ans, est l'un des hommes les plus riches des Etats-Unis et il pourrait devoir payer jusqu'à trois milliards de dollars (2,3 milliards d'euros) à son épouse Sue Ann, 58 ans, dans le cadre de ce divorce qui entrerait alors dans le livre des records.

Selon la loi de l'Oklahoma, si Harold Hamm peut prouver que ce sont les conditions de marché - plutôt que ses qualités de manager - qui ont fait monter le cours de Bourse de Continental Resources pendant leurs 26 ans de mariage, il n'aura pas à partager ces gains avec son épouse.

En comparant la version actuelle du site de Continental Resources - www.contres.com - avec ce qu'on y lisait en début d'année, Reuters a pu établir que 18 passages avaient été récemment supprimés, ajoutés ou modifiés.

Par exemple, on n'y lit plus que Continental Resources a été la première compagnie à "découvrir" un important gisement de pétrole près de la formation appelée Bakken Shale, dans le Dakota du Nord.

Une mention nouvelle révèle que la décision ultra-rentable de se focaliser sur l'exploration pétrolière, plutôt que gazière, a été prise en 1985 - soit trois ans avant le mariage avec Sue Ann célébré en 1988. Dans ce cas, elle ne pourra demander à en bénéficier dans le jugement de divorce.

Le groupe a aussi retiré de certains avis financiers des années passées la mention que Harold Hamm était "l'un des moteurs" de la réussite de Continental et, qu'il avait "fait croître avec succès la compagnie grâce à ses qualités de management et de jugement dans les affaires."

Le mois dernier, Harold Hamm avait dit avoir découvert tout récemment des mentions inexactes sur le site internet et ordonné qu'elles soient rectifiées.

L'enjeu du divorce est la fortune de 17,2 milliards de dollars correspondant à la participation de 68% de Harold Hamm dans le groupe qu'il a fondé. Si l'ex-conseiller pour l'énergie de Mitt Romney, le candidat républicain battu par Barack Obama dans la course à la Maison Blanche, parvient à convaincre le tribunal que la croissance de Continental a été "passive", c'est à dire indépendante de son action personnelle, il n'aura pas à en partager les fruits avec son épouse, qui a pourtant travaillé elle aussi pour le groupe.

Les avocats de Harold et de Sue Ann n'ont pas souhaité commenter, pas davantage que le service de presse de Continental Resources.

Les audiences se poursuivent cette semaine au tribunal du comté d'Oklahoma City.

(Joshua Schneyer et Brian Grow, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant