Consommation : le ramadan, un vrai business

le
5

Le ramadan représente 350 millions d'euros de dépenses alimentaires pour les ménages pratiquants. Les feuilles de brick, les dattes et le lait fermenté, traditionnellement associés à cette période, connaissent un pic de ventes.

Le ramadan débutera ce dimanche. Consistant en une longue période de célébrations religieuses, il représente également une hausse de la consommation pour les musulmans pratiquants. Ces derniers augmenteraient de 30% leurs dépenses durant le ramadan selon le cabinet spécialisé Solis. Et cela représente 350 millions d'euros de dépenses alimentaires pour ces ménages.

«L'accroissement des dépenses alimentaires des ménages pendant cette période est une tendance lourde», analyse Abbas Bendali du cabinet Solis. Le spécialiste estime à 3 millions le nombre de musulmans qui observeront le jeûne en partie ou en totalité en France métropolitaine. Et pour satisfaire ces clients, la grande distribution propose des promotions et mets en avant les produits concernés. «La demande est entretenue par une offre de produits plus abondante, un soutien promotionnel et des campagnes publicitaires», explique le cabinet Solis.

Découvrir les «Saveurs d'Orient»

Les produits phares restent les mêmes chaque année. Les feuilles de brick, les dattes et le lait fermenté, traditionnellement associés au ramadan, connaissent un pic de ventes. D'autres produits comme les sodas, jus de fruits et boissons fruitées bénéficient également d'une hausse de la consommation, tout comme les céréales et les chocolats en barres pour l'énergie apportée avant le jeûne.

Les enseignes de la grande distribution comptent aussi sur la publicité pour attirer les consommateurs. Elles sont d'ailleurs plusieurs a proposer des prospectus ciblés, même si le mot ramadan n'est pas forcément présent. Intermarché invite donc les consommateurs à un «Marché oriental». Leclerc offre lui de découvrir les «Saveurs d'Orient» du 18 juin au 5 juillet et Auchan propose des «Saveurs orientales à prix doux». Chez Carrefour, deux offres sont proposées: «une offre alimentaire avec des produits frais, des fruits secs et de l'épicerie. Et une non alimentaire sur les arts de la table», précise le groupe.

Mais la grande distribution n'est pas la seule à se placer sur le marché, les épiceries et magasins locaux sont très puissants. La laiterie Le Gall , installée à Quimper propose par exemple du «lait ethnique», spécial ramadan. Malgré leurs efforts, la grande distribution ne représente que 20% des ventes de produits halal en France, les boucheries et épiceries traditionnelles réalisant les 80% restrants.

Et le marché du Halal n'est pas prêt de s'essoufler. L'année dernière, le marché français du halal a réalisé un chiffre d'affaires de 5,5 milliards d'euros en hausse de 10% sur un an. A l'échelle de la planète, l'activité est estimée à 450 milliards.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • imozen le lundi 30 juin 2014 à 10:38

    paques, noel, ramadan, et..,ce sont de bonnes affaires pour le commerce, tant mieux !

  • salaf67 le dimanche 29 juin 2014 à 22:02

    Ou est la laïcité pourquoi fait-on l'apologie de l'Islam alors que nos racines chrétiennes en Europe sont exterminées par la commission ainsi que certains de ses états membres (par exp. la France)au non de la laïcité???? continuez ainsi, l'extrême droite aura de beaux jours devant-elle !!!!!

  • disrael1 le dimanche 29 juin 2014 à 17:07

    Impressionnant le nombre de bêtises les plus crasses sur les forums dès que l'on parle de l'islam....quel beau pays la France, amitié entre les peuples et tolérance des minorités...tout le monde doit nous envier c'est sûr...

  • OREGON3 le dimanche 29 juin 2014 à 10:01

    il serais grand temps qu'ils se prennent en main pour réformer le ramadan, quel exagération le ramadan, 30 jours, rien que ça... !!!!!!!!!

  • bordo le samedi 28 juin 2014 à 19:30

    D'ailleurs c'est quoi le ramadan ? Le nouvel an juif ?