Consigny - La conjuration des mous

le
0
Nicolas Sarkozy et François Bayrou le 22 juin 2010.
Nicolas Sarkozy et François Bayrou le 22 juin 2010.

François Bayrou est l'un des rares acteurs publics à mêler une grande érudition à un talent de plume certain. Il est l'un des seuls élus à écrire lui-même ses discours et ses livres, le meilleur dans le récit politique restant Bruno Le Maire, dont les trois journaux d'action (Le Ministre, Des hommes d'État, Jours de pouvoir) sont des merveilles. Bayrou, qui se targuait un temps de lire un livre par jour, est quant à lui l'auteur d'une passionnante biographie d'Henri IV (Henri IV, le roi libre, Flammarion) et de percutants essais comme Abus de pouvoir, brûlot anti-sarkozyste paru en 2009. Il vient de récidiver dans le genre sur sa page Facebook, répondant de manière virulente aux attaques de l'ancien président, pour le plus grand bonheur d'une presse acquise à cette cause.

Diviseurs professionnels

Hélas le verbe n'est pas toujours aussi haut que l'action, cela vaut pour tout le monde. François Bayrou a aussi été un ministre de l'Éducation nationale plutôt passif et très arrangeant avec des syndicats peu portés à la réforme. Il a été un candidat qui, pendant la campagne de 2012, se réjouissait d'avance que le meurtrier de l'école Ozar Hatorah à Toulouse soit issu des rangs de l'extrême droite, comme on l'a cru dans un premier temps avant que les services de renseignement ne remontent jusqu'à Mohamed Merah.

À l'époque, le candidat du Modem...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant