Congrès du PS : qui pour défier Cambadélis ?

le
1
Jean-Christophe Cambadélis, actuel premier secrétaire du Parti socialiste, espère être réélu au printemps.
Jean-Christophe Cambadélis, actuel premier secrétaire du Parti socialiste, espère être réélu au printemps.

Qui viendra défier l'actuel premier secrétaire du PS, en juin prochain, lorsque le parti tiendra son congrès à Poitiers ? C'est ce que l'on saura dans quelques heures, et au plus tard samedi en début d'après-midi, quand tous les candidats auront déposé leurs contributions. C'est en effet la première étape du congrès de Poitiers qui s'achève ce vendredi. Certaines de ces "contributions" se transformeront en "motions", lesquelles inclinent à définir la ligne politique du parti.

Jean-Christophe Cambadélis est le candidat du pouvoir. Celui que François Hollande et Manuel Valls veulent voir rester Rue de Solférino l'été prochain. L'enjeu de ce congrès est assez simple : la victoire de Cambadélis serait la victoire de la ligne Hollande. Les opposants socialistes, frondeurs et autres, ont ici l'unique occasion de peser sur la ligne du gouvernement. Pour cela, ils doivent se regrouper et tenter de renverser Cambadélis. Ils pourront, du même coup, faire prospérer l'idée d'une primaire avant 2017. On en est loin tant "l'effet Charlie" a terrassé l'idée qu'un socialiste puisse décemment défier François Hollande lors de la prochaine présidentielle. Mais enfin, sait-on jamais.

Aubry et Collomb veulent se mesurer

Pour l'instant, la motion du l'actuel premier secrétaire devrait être soutenue par environ 80 premiers fédéraux et 70 % des parlementaires. À sa gauche, Martine Aubry a décidé de partir seule en déposant sa propre contribution. De...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le vendredi 6 fév 2015 à 16:28

    wikipédia : affaires Agos & MNEF.Agos est une société gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés – emploi fictif entre 1993 et septembre 1995 lui ayant rapporté plus de 442 000 francs (environ 67 382 euros), mis en examen en novembre cond en janvier 2000 à cinq mois de pris on avec sursis et 100 000 francs (environ 15 244 euros) d'amende..Le 2 juin 2006, reconnu « coupable de recel d'abus de confiance », il est condamné à six mois de prison avec sursis et