Congrès du PS : pour Cambadélis, Sarkozy, c'est "Fouquet?s, Rolex et Kärcher"

le
1
Jean-Christophe Cambadélis a lancé une violente charge contre Nicolas Sarkozy lors du congrès de Poitiers.
Jean-Christophe Cambadélis a lancé une violente charge contre Nicolas Sarkozy lors du congrès de Poitiers.

Vive Nicolas Sarkozy ! Jean-Christophe Cambadélis en a fait le c?ur de son discours en clôture du congrès de Poitiers, sans doute froissé que l?ex-chef de l?État refuse de citer son nom - alors qu?il est, de par son statut de premier secrétaire du PS, son équivalent à gauche. « Nicolas Sarkozy est prêt, prêt à tout évidemment », lance Camba, sourire aux lèvres, avant d?enchaîner une pléiade de formules pas toujours judicieuses : « Ce qui intéresse M. Sarkozy dans la République, c?est la présidence de la République. » Ou, au sujet du congrès des Républicains : « Monsieur Sarkozy a voulu un congrès en grande pompe, il a eu un coup de pompe. » Ou : « Pour présider, il faut savoir se présider. » Ou, déjà entendu : « Monsieur Sarkozy invente la République Canada Dry : cela ressemble à la République, mais cela n?est pas la République. » Ou, last but not least : « La devise de la France, c?est Liberté, égalité, fraternité, ce n?est pas Fouquet?s, Rolex et Kärcher. »

Sarkozy, « l?homme qui n?aimait pas les Français »

Dans ce gros quart d?heure d?anti-sarkozysme, Cambadélis a aussi tapé un peu plus fort, délaissant les formules. C?était le cas lorsqu?il a évoqué la stratégie qu?il prête à l?ex-chef de l?État à l?encontre du FN : « Nicolas Sarkozy a lancé son OPA sur le Front national, non pour le réduire, non pour le détruire, mais pour le séduire....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 7 juin 2015 à 19:29

    CE N'EST PAS BRUXELLES QUI EST LA CAUSE DE NOTRE MALHEUR : Ce sont les 10 à15 % de dépenses publiques de fonctionnement et de social de plus que nos voisins européens qui font que nous ne relancerons pas l'économie et l'industrie française avec ce boulet aux pieds. trop d'élus trop bien payés,trop de fonctionnaires improductifs, trop de salariés à régimes et statuts spéciaux peu productifs et avec trop d'avantages.