Congrès du PS : Manuel Valls face aux frondeurs

le
0
Manuel Valls a été ovationné lors du congrès du PS.
Manuel Valls a été ovationné lors du congrès du PS.

Il a attendu son tour assis au premier rang, à la table de sa « fédé » de l?Essonne, en militant presque comme les autres. Il a écouté, entre autres, le chef de file des frondeurs, Christian Paul, tancer sa politique. Puis il s?est levé, sous une belle ovation, pour rejoindre la tribune, sous les yeux de la majorité de ses ministres. Le discours de Manuel Valls était LE moment attendu de ce congrès un rien soporifique - attendu notamment par les 30 % d?adhérents qui ont voté pour la motion B, celle qui demande une réorientation de sa politique ; celle qui veut désormais agir de l?intérieur du parti au moins autant qu?à partir du Parlement. C?est à eux que Manuel Valls s?est d?abord adressé, tout en peaufinant sa place de chef de la majorité, cognant sans retenue sur Nicolas Sarkozy ? « Dans sa pratique de l?opposition, Nicolas Sarkozy est déjà un problème pour le pays » ? et, surtout, taillant un peu plus sa stature d?homme d?État, loyal à François Hollande ? « Vous pouvez être certain de ma loyauté sans faille à l?égard du président de la République. »

Si l?on écarte les figures imposées de toute grand-messe socialiste ? taper sur la droite, louer l?égalité, les différences, défendre son propre électorat qui n?est ni « bobo ni fonctionnaire », faire applaudir une flopée de ministres ?, Manuel Valls a fait d?une pierre deux coups : il a répondu aux sceptiques de son camp en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant