Congrès du PS : constituer le bureau national, un jeu d'équilibriste

le
0
En grand ordonnateur des équilibres internes, Jean-Christophe Cambadélis suivra les négociations de très près...
En grand ordonnateur des équilibres internes, Jean-Christophe Cambadélis suivra les négociations de très près...

Samedi, les quatre motions se réuniront pour annoncer ceux qui intégreront le conseil national du parti, son parlement, constitué de 204 membres plus les premiers fédéraux de chaque département. Au PS, la règle de représentation est simple, et rigoureuse : chaque motion a droit à autant de places que son résultat au congrès. La motion A, celle du premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, a recueilli en gros 60 % des voix ; elle aura donc 60 % des sièges (soit environ 120). La B, celles des « frondeurs », occupera quant à elle 30 % des places du conseil national, soit une soixantaine. Suffisamment pour que chacun, au sein des courants, y trouve son compte - et son siège.

Les places seront chères

Là où ça se corse, c?est avec le bureau national. Dans la liturgie socialiste, le BN est essentiel. C?est l?instance politique. Le BN se réunit chaque semaine, arrête la position du parti sur chaque sujet d?importance et fixe, si l?on s?en tient aux statuts, le vote des parlementaires. Depuis que Cambadélis est le patron de Solférino, le BN a repris l?importance qu?il avait autrefois. Camba a notamment avancé le BN du mardi au lundi afin qu?il précède la réunion du groupe PS à l?Assemblée. Une façon pour Solférino de donner le « la » aux députés.

Mais les places sont chères. Le cénacle comprend 54 membres (plus 18 premiers fédéraux), choisis parmi les membres du CN. La règle pour y...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant