Congrès des Républicains : Sarkozy ou le sentiment de déjà-vu

le , mis à jour à 00:06
0
Nicolas Sarkozy a prononcé un discours de 45 minutes devant des militants sarkozystes lors du congrès fondateur du parti des Républicains.
Nicolas Sarkozy a prononcé un discours de 45 minutes devant des militants sarkozystes lors du congrès fondateur du parti des Républicains.

Attendu par les militants fébriles, Nicolas Sarkozy grimpe à la tribune à 15 h 5. Droit comme un « i », sûr de son succès, le voilà qui entame un discours-fleuve avec la verve et l'énergie du vainqueur. Le patron des Républicains a beau marmonner une petite phrase rassurante sur le parti du rassemblement, il ne rassure que lui-même. Fillon et Juppé ont été hués et que Sarkozy le veuille ou non, la guerre pour la primaire en vue de 2017, déjà bien entamée, prend aujourd'hui une nouvelle tournure, plus âpre, plus ostensible aussi. « Ce jour est un jour de refondation », trompette-t-il. De refondation et de cassure, aussi, entre tous ceux qui ont mis en sourdine leurs revendications, leurs aigreurs, pour laisser le nouveau parti se former sans heurt, mais qui comptent bien, dès demain, bomber le torse et ne plus se laisser piétiner comme ils ont eu le sentiment de l'être ce jour.

Pour l'heure, les applaudissements retentissent et Sarkozy, porté par ses soutiens sonores, sort son arme secrète et attendue, déjà brandie à la fin de la campagne interne : une longue litanie sur la République, ponctuée bien sûr de lourdes charges contre la gauche. « Caricaturée », « non respectée » par la gauche, la République « n'est pas menacée par la force, mais par la faiblesse, le renoncement, le reniement ». « Nous serons Républicains, affirme Sarkozy, avec toutes celles et tous ceux pour lesquels l'héritage de la civilisation chrétienne et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant