"Complément d'enquête" : Patrick Pelloux ou les petits arrangements avec la réalité

le
0
Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo.
Patrick Pelloux, urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo.

"Quand on s'attaque à Patrick Pelloux, on s'attaque à l'image de Charlie..." C'est ainsi que Laurent Léger, partenaire de l'urgentiste dans la fronde lancée contre la direction de Charlie Hebdo, a réagi en conférence de rédaction à l'enquête du Point

parue la semaine dernière. "C'est peu dire que son point de vue n'a pas recueilli l'approbation générale...", indique une source interne. Mais avec Complément d'enquête, l'édification de la statue de l'homme providentiel est toujours à l'oeuvre, ainsi l'outrage semble réparé. Si on se fie aux commentaires de cette émission phare du service public, Patrick Pelloux a repris sa blouse blanche de médecin une semaine après le massacre qui a visé Charlie Hebdo. On le voit intervenir au chevet des patients qui ont composé le 15, le numéro du Samu. Or, en réalité, d'après notre enquête réalisée auprès du Samu, Patrick Pelloux est désormais préposé à la "régul". Il n'intervient plus directement sur le terrain, mais recueille les appels téléphoniques des malades et de leurs familles trois jours par semaine (son agenda étant surchargé entre médias et activités syndicales et politiques, il s'agit plutôt de vacations horaires). Il est chargé d'établir le premier constat médical. Noble tâche, mais moins "fun" à montrer à l'antenne qu'une intervention chez les vraies gens. "Il ne peut plus vraiment exercer. Comment le pourrait-il avec ses 3 gardes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant