Comment Saint Thomas justifie l'homosexualité

le
1
Peinture du Musée du Vatican Bene Scripsisti De Me Thoma mettant en scène Saint Thomas.
Peinture du Musée du Vatican Bene Scripsisti De Me Thoma mettant en scène Saint Thomas.

Les chrétiens homosexuels qui veulent être reconnus par l'Église doivent-ils prier Saint Thomas ? Dès le XIIIe siècle, le théologien dominicain avait trouvé une solution qui permettait à Rome de manier plus aisément cette matière hautement fissible : l'homosexualité. Selon lui, en effet, l'homme, avec tout ce qu'il est - âme, corps, passions, mais aussi condition de péché -, fait partie du dessein divin. Hétéro ou homo, il est un fait de Dieu. Certes, le christianisme, comme avant lui le judaïsme, s'appuie sur le verset 1,28 de la Genèse (« Soyez féconds, croissez et multipliez-vous ») pour lier l'acte sexuel à la procréation. Dans cette perspective, exit toute relation sexuelle qui ne vise pas à faire des bébés. Voilà pour le principe moral, et Thomas, en bon théologien orthodoxe, ne s'en éloigne pas? officiellement. En effet, comme le montre le dominicain Adriano Oliva dans Amours (Cerf), La Somme de théologie (I-II, q. 31, a. 7), le livre que Thomas destinait à la formation des prêtres mais qui restera inachevé, instille un peu de désordre dans ce bel ordonnancement : pour lui, en effet, l'homosexualité est une inclination qui est enracinée non pas dans le corps, mais dans l'âme, là où s'expriment l'affection et l'amour. Rien à voir donc avec la sodomie, liée au corps, et considérée comme contre nature. Située dans l'âme, l'inclination homosexuelle est rationnelle et ne peut être contre nature : son origine...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 12 mois

    La religion catholique est la plus tolérante, c'est pour cela qu'il faut la protéger.