Comment Netanyahou s'est invité à la marche républicaine

le
6
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (à gauche) et Mahmoud Abbas (à droite) dans le cortège présidentiel de la marche républicaine, dimanche 11 janvier à Paris.
Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou (à gauche) et Mahmoud Abbas (à droite) dans le cortège présidentiel de la marche républicaine, dimanche 11 janvier à Paris.

L'image a fait le tour du monde : la présence dans le même cortège dimanche boulevard Voltaire du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et du président palestinien Mahmoud Abbas à quelques mètres d'intervalle a été hissée au rang de symbole de l'unité de la communauté internationale en soutien à la France meurtrie. Pourtant, cette scène n'aurait jamais dû avoir lieu. En effet, la chaîne israélienne Channel 2 révèle que François Hollande ne souhaitait pas voir Netanyahou défiler dimanche à ses côtés pour éviter de brouiller le message de la manifestation. Or, d'après les médias israéliens, le Premier ministre israélien se serait lui-même invité à la grand-messe, au nez et à la barbe de l'Élysée qui ne l'avait pas convié. Personne à Paris n'a oublié les remous provoqués par la précédente visite de Netanyahou en France. Le 31 octobre 2012, le Premier ministre israélien n'a pas hésité à rompre avec les usages diplomatiques en invitant, lors d'une conférence de presse à l'Élysée, les Juifs français à partir en Israël, sept mois après la tuerie de l'école juive d'Ozar-Hatorah. "La place des Juifs de France, c'est d'être en France", lui avait répondu du tac au tac le président français. Qu'importe, dès le lendemain, Benyamin Netanyahou transformait la cérémonie d'hommage aux quatre victimes juives de Mohamed Merah en "meeting électoral", selon les dires de François Hollande en personne, rapportés en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • queb63 le mercredi 14 jan 2015 à 07:45

    Netanyahou qui ronge la Palestine n'est pas républicain il est l'Extrème Droite Juive, comme Le Pen, si l'on refuse l'un, on doit refuser l'autre. REPUBLIQUE: ce mot ne veut rien dire pour le gouvernement, ils interdisent encore le spectacle de Dieudonné avant qu'il paraisse. BRAVO la Liberté d'Expression. C'est une Honte, ne soyez pas des moutons. Charlie OUI, le reste n'est que Guerre et sang.

  • M9111073 le mardi 13 jan 2015 à 08:18

    ca va faire le jeu du hamas....

  • 35924358 le mardi 13 jan 2015 à 07:29

    Hamas, Etat Islamique, Boko Haram, H.ezbollah : tous unis contre l'Humanité.

  • 35924358 le mardi 13 jan 2015 à 07:07

    Mahmoud Abbas, allié du Hamas, groupe terroriste par excellence, n'aurait jamais dû être présent. ----- http://www.lorientlejour.com/article/904420/attaque-contre-charlie-hebdo-tirs-de-joie-a-ain-el-heloue-au-liban-lbci.html

  • j.delan le lundi 12 jan 2015 à 17:23

    Ce dimanche n'a été qu'une vaste et très habile journée de propagande islamo-socialiste.Le président de TOUS les français n'a même pas eu le courage et la dignité de contredire les propos de ceux qui ont refusé la présence du FN : encore quelques voix de plus pour eux.

  • aerosp le lundi 12 jan 2015 à 16:40

    Enfumage !