Comment et pourquoi la droite française s'est... droitisée

le
0
François Fillon et Alain Juppé à un meeting organisé à Pessac, près de Bordeaux, le 23 mars 2015. (Photo d'archive).
François Fillon et Alain Juppé à un meeting organisé à Pessac, près de Bordeaux, le 23 mars 2015. (Photo d'archive).

En obtenant plus de 66 % des suffrages exprimés au deuxième tour de la primaire de la droite et du centre, François Fillon a surpris l'ensemble des sondeurs et des commentateurs. Si la dynamique électorale qui l'a porté (...) avait bien été repérée, son amplitude n'avait pas été prévue. Celle-ci semble témoigner d'un virage conservateur de la droite parlementaire. Il est donc intéressant de comparer le profil des électorats potentiels de François Fillon et d'Alain Juppé en mesurant leur évolution sur une année.

On s'appuiera ici sur les résultats d'une enquête électorale française du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po, réalisée en novembre 2016) qui permet de repérer les enquêtés déclarant « aimer » ces deux candidats en se positionnant de 7 à 10 sur une « cote d'amour » allant de 0 à 10. Cela permet de disposer d'échantillons importants (1 592 enquêtés aiment François Fillon et 1 933 Alain Juppé) sans préjuger de leur volatilité électorale.

Questions de valeurs

Une première analyse permet de comparer les valeurs des deux candidats. On utilisera ici trois indices. Le premier a trait au libéralisme économique : réduire le nombre des fonctionnaires, faire confiance aux entreprises, réduire le salaire minimum. Il est complété par un second indice, celui de la défense de l'État providence : renforcer le budget de l'assurance-maladie, celui de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant