Comment devenir de bons parents

le
5
Cécile David-Weill, auteur de Parents sous infuence.
Cécile David-Weill, auteur de Parents sous infuence.

Le Point.fr : Pourquoi avoir eu envie d'écrire un livre sur l'éducation ? Il y en a tant déjà...

Cécile David-Weill : Quand j'ai élevé mes enfants, qui sont aujourd'hui des adultes, et pour deux d'entre eux déjà eux-mêmes des parents, j'ai réalisé combien ce métier d'éducateur était bien plus difficile que ce que je pensais. Il ne suffit pas d'être de bonne volonté, d'avoir envie d'être une mère parfaite, ni même d'être submergée de bons conseils pour réussir. J'ai mis longtemps à admettre que je faisais tout de travers. Motivée par cette prise de conscience libératoire, j'ai rencontré beaucoup de parents, je les ai écoutés et j'ai consulté les meilleurs spécialistes. Grâce à ce travail, j'ai réalisé que le poids de ma propre enfance empêchait mon libre arbitre et qu'il en allait de même pour la plupart des parents. Le drame, c'est que notre propre histoire d'enfance fausse nos bonnes volontés. Il faut oser s'en débarrasser pour accepter de ne pas être parfait, mais tenter de faire au mieux.

Vous recommandez de répondre favorablement aux demandes de l'enfant le plus souvent possible. Toujours dire oui, c'est bien éduquer son enfant ?

Plus on répond positivement à un enfant, plus il prend confiance en ses désirs. Il comprend que, pour obtenir ce qu'il souhaite, il n'est pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Suite et fin : Vous les pourrissez de cadeaux pour vous faire pardonner votre absence.....c'est ça la réalité. Le gamin s'en tape complétement, ce qu'il veut c'est vous voir en rentrant de l'école pour vous raconter ses "gros chagrins"........ou ses "grandes joies".

  • frk987 il y a un mois

    Un gamin c'est comme un chien que vous élevez au biberon, donc pas par sa mère, toute sa vie il sera perturbé, il ne saura jamais s'il est un chien ou un humain. Jamais il n'aura reçu le fameux coup de pattes de la chienne sa mère qui le remet d'aplomb. C'est ainsi que vous élevez vos gamins mères travailleuses. Vous perdez votre vie à la gagner au détriment des enfants.

  • frk987 il y a un mois

    Ben voyez pour être de bons parents : il suffit que la mère soit au foyer, gère les études des gamins et leur comportement, que le père soit sérieux et rapporte du fric dans la casbah. C'est basique, c'est années 50, mais je vous jure qu'on inventera jamais meilleur modèle familial pour l'enfant qui ne sait plus aujourd'hui si sa mère est la nourrice et trouve étrange de changer de "mère" à chaque rentrée scolaire.

  • bordo il y a un mois

    Ouais... çà sonne "je fais du pognon avec mes mômes"... j'aurais tendance à ne pas acheter le bouquin.

  • vmcfb il y a un mois

    "J'ai eu du mal à éduquer mes enfants donc j'écrit un livre...".. bizarre comme raisonnement..