Comment aller aux matches de l'Euro sans se ruiner

le
0

Touristes et fans prennent d'assaut les villes-hôtes de l'événement sportif, contribuant à faire grimper les prix des billets de train et des hébergements. Le Figaro vous présente ses bons plans pour vivre l'Euro avec un budget serré.

Une fois son billet pour l'Euro 2016 en poche, comment vivre la compétition au plus près sans dépenser l'équivalent du salaire d'un footballeur? Transport, hébergement, restauration... Les prix s'envolent et la facture risque d'être salée. Voici quelques conseils pour les voyageurs de dernière minute.

• Pour l'hébergement: être aventureux

Si vous n'avez pas la chance d'avoir une belle-mère ou des amis qui peuvent vous prêter un coin de canapé dans l'une des villes-hôtes, plusieurs solutions s'offrent à vous. Les adeptes de l'hôtel peuvent compter sur une réservation de dernière minute. Nicolas Salin, cofondateur du site spécialisé VeryLastRoom s'attend ainsi à un pic de réservations durant l'Euro. «Les prix ont fortement augmenté, ce qui fait que certains participants attendent la dernière minute pour obtenir un rabais, souligne-t-il. Mais il ne faut pas se faire d'illusion: même avec une réduction, les prix resteront élevés.»

Autre solution: réserver un hébergement auprès d'un particulier. Sur Airbnb, quelques biens restent encore disponibles dans les centres-villes à des prix raisonnables. Le comparateur spécialisé HomeToGo conseille lui de préférer les périphéries des villes hôtes pour trouver des prix moins élevés. Une semaine de location à Boulogne-Billancourt revient ainsi à 663 euros, au lieu de 950 euros à Paris. Une location à Saint-Laurent-du-Var coûte elle 584 euros, contre 700 euros à Nice.

• Pour le transport: penser alternatif

Les aficionados du train trouveront leur bonheur dans les billets Ouigo, l'option low-cost de la SNCF . Et de préférence à des horaires très matinaux ou au contraire plutôt tardifs, pour bénéficier des meilleurs tarifs. Attention: les départs ou arrivées se font la plupart du temps dans des gares situées en périphérie des villes, comme à Marne-la-Vallée ou à la gare d'Aix-en-Provence TGV, par exemple. Mais même en ajoutant le coût d'une navette ou d'un trajet en taxi pour rejoindre le centre-ville, l'alternative reste intéressante: un trajet Marseille-Paris pour le match d'ouverture revient à 10 euros.

Autre possibilité: le bus. Depuis la loi Macron et la libéralisation du secteur, de nombreuses compagnies proposent des trajets longue distance à prix cassés. Le comparateur en ligne BusRadar a comparé les prix des trains (classiques) et ceux des bus. Ces derniers gagnent haut la main la guerre des prix, un trajet Rennes-Paris pour le match d'ouverture revenant par exemple à 4,50 euros. Soit une économie de l'équivalent d'au moins trois bières, précise avec humour le site.

Enfin, il reste le covoiturage pour ceux qui préféreraient l'option collaborative. Sur BlaBlaCar, leader français du secteur, un trajet Paris-Lyon est proposé en moyenne à 20 euros. La start-up a même mis en ligne un guide où les membres les plus actifs du site proposent leurs bons plans pour visiter les villes-hôtes.

Une fois sur place, encore faut-il parvenir à se déplacer dans les villes-hôtes, notamment pour se rendre au stade. Pour aider les fans, l'application «Fan Guide Euro 2016» intègre la solution Moovit qui cartographie les transports en commun de chaque ville-hôte, ainsi que les navettes spécialement mises en place par les villes pour l'Euro. Le service propose également un partenariat avec Uber.

Quelle que soit la solution retenue, la débrouillardise reste encore le meilleur moyen d'économiser sur son budget de départ. Certains de nos internautes ont d'ailleurs des astuces toutes personnelles pour réduire la facture. À tester... lors de l'Euro 2020?

Attention aux arnaques

Le fair-play ne doit pas seulement avoir cours sur les terrains. Pour sensibiliser les consommateurs, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié un guide «Tous fair-play» distillant des conseils essentiels: prendre connaissance des conditions générales de vente avant de réserver un hébergement, même chez un particulier, rester vigilant sur la qualité des produits servis dans la restauration, prêter attention à la qualité des objets vendus «à la sauvette» en marge des événements sportifs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant