Cologne : des réfugiées abusées par les gardiens d'un camp ?

le
0
À Cologne, des réfugiées auaient été abusées par les gardiens d'un camp.
À Cologne, des réfugiées auaient été abusées par les gardiens d'un camp.

La ville de Cologne serait de nouveau le théâtre de violences sexuelles. Après les centaines d'agressions de la Saint-Sylvestre qui ont fait la une de la presse et qui remettent en cause la politique de la chancelière Angela Merkel, des abus sexuels auraient été commis sur des migrants. Deux lettres ouvertes ont été envoyées aux autorités de Cologne par des réfugiées dans le centre sportif du collège Georg Simon Ohm. Elles y écrivent que ce camp n'est pas l'« abri d'urgence » qu'il est censé être, mais plutôt une prison dans laquelle elles subissent des conditions de vie déplorables, comme le souligne le site de RT France.

Dans une des lettres, les réfugiées expliquent être victimes de harcèlement, voire d'abus sexuels de la part des gardiens, qui les photographient ou les filment dans les douches ou en train d'allaiter leurs enfants. Le site autrichien The Local raconte l'histoire de l'une d'entre elles qui aurait été emmenée dans un endroit isolé par un gardien du camp : « Quand je lui ai dit que j'étais déjà prise et que je n'étais pas intéressée, il m'a dit qu'on allait me mettre à la porte. » Une pratique commune d'après les lettres ouvertes, pour forcer les femmes à avoir des rapports sexuels avec eux.

Les accusés nient tout

La compagnie de sécurité Adlerwache dément toutes les accusations, tout comme ses employés responsables de la sécurité des migrants dans le camp. La police...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant