Climat : le premier indice boursier «2 degrés»

le
1

COP21 - La bourse européenne Euronext lance le premier indice compatible avec une trajectoire de réchauffement de 2 degrés. Il est composé de cent valeurs dont 15 sociétés actives dans les énergies renouvelables.

Alors que s'ouvre la grande conférence climat (COP21) à Paris avec la venue ce lundi de 147 chefs d'État et de gouvernement, la finance se mobilise pour la transition énergétique. Plusieurs banques et compagnies d'assurance ont pris des engagements ces derniers jours de ne plus financer des mines de charbon, la source d'énergie la plus émettrice de CO2. Parallèlement, les investisseurs agissent pour contribuer davantage au financement de l'économie durable, au moyen par exemple des obligations vertes, en forte croissance.

Une autre initiative vient de la société de bourse européenne, Euronext, qui lance le premier indice boursier compatible avec une trajectoire de réchauffement de la planète de 2°C, le seuil que les climatologues préconisent de ne pas dépasser.

Il existait déjà des indices «bas carbone» produits par Euronext et surtout MSCI qui est allé plus loin dans la méthodologie. Développés à la demande de fonds de pension français et suédois et d'Amundi, société de gestion d'actifs, filiale du Crédit agricole, MSCI intégrait les sociétés dont les émissions carbones et les réserves en énergie fossile sont significativement plus faibles que les autres. Sans exclure aucun secteur d'activité, y compris celui de l'énergie.

L'indice intègre 15 acteurs de l'économie verte

Euronext reprend une longueur d'avance en relevant le niveau d'exigence des 100 entreprises sélectionnées sur 300 valeurs européennes. Pour ce faire, la bourse européenne s'est appuyée sur Carbone4, la société de conseil fondée par Alain Grandjean, expert reconnu des enjeux climatiques. «La méthodologie utilisée est beaucoup plus innovante, avance Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris. Le calcul de l'empreinte carbone prend désormais en compte les émissions induites, c'est à dire celles des clients et des fournisseurs  et les émissions évitées, grâce à l'innovation produits et services. «

Autre avancée majeure, l'indice intègre une quinzaine acteurs de l'économie verte, des entreprises centrées sur les énergies renouvelables ou l'efficacité énergétique. Du coup, plusieurs sociétés sont sorties de l'indice, soit parce qu'elles sont les mauvais élèves du secteur, soit parce qu'elles n'ont pas transmis leurs données.

Renault et PSA, seuls constructeurs présents

«Dans le secteur énergétique, BP, Shell, Total et Engie ne font plus partie de l'indice. Seules restent British Gas et Statoil», illustre Pascal Canfin, conseiller climat du think tank World Resources Institute (WRI) et président du comité scientifique qui évalue l'indice d'Euronext. Une révision sera effectuée chaque trimestre. «La vraie valeur ajoutée, insiste-t-il, c'est une division par deux des émissions induites polluantes et une multiplication par 20 de la part des entreprises vertes innovantes». Dans l'industrie automobile, les seuls constructeurs à intégrer l'indice sont Renault et PSA. «Cela tient au volume d'émissions par voiture vendue qui est plus faible du fait qu'ils commercialisent davantage de petites cylindrées et par un engagement plus important sur la voiture électrique», explicite Pascal Canfin.

BNP Paribas est la première banque partenaire qui va lancer un fonds indiciel coté (Exchange trading fund) adossé à cet indice bas carbone. Euronext espère très vite convaincre d'autres grands acteurs du secteur. «L'objectif est de diriger l'épargne long terme vers des sociétés qui contribuent à la trajectoire de 2 degrés», se félicite le PDG d'Euronext Paris. Le fonds indiciel de BNP Paribas s'adresse aussi aux particuliers qui pensent que lutter contre le changement climatique et faire fructifier leur épargne peuvent aller de pair.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le lundi 30 nov 2015 à 10:35

    Au moins on saura sur quelles sociétés il ne faut investir en bourse! Déjà on sait que Renault et Peugeot sont condamnées à disparaitre dans un délai de 10 ans!!! Les 2 suivantes sont Statoil et British Gas. Je me marre quand je vois écris qu'une société pétrolière ou gazière dont l'unique raison d'exister est l'exploitation des énergies fossiles font partie d'un indice dédié à l'environnement!!! Manifestement cet indice est du pure pipeau géré par des bakchich pour faire partie de la liste!!