Claude Lanzmann règle ses comptes avec Elie Wiesel !

le
0
Claude Lanzmann en 2014. 
Claude Lanzmann en 2014. 

Invité de France Inter dimanche 3 juillet peu avant 8 heures, Claude Lanzmann, le réalisateur de Shoah, a contenu ses larmes et son émotion pour parler d'Elie Wiesel décédé la veille. Tirant la conversation à lui ? comme souvent ?, Lanzmann reproche d'abord au Prix Nobel de ne pas lui avoir réservé un bon accueil lorsqu'il lui a annoncé à New York qu'il allait préparer le film. « L'idée que je réalise Shoah le rendait fou. Je crois que l'explication est simple. La Shoah était, pensait-il, son domaine à lui et moi, je n'étais pas survivant d'un camp », explique péniblement Lanzmann.

Plus tard, il dresse Imre Kertész, Prix Nobel de littérature ? à qui il tresse des lauriers ?, contre Wiesel en lisant un extrait d'Ê

tre sans destin. « Elie Wiesel a passé à Auschwitz en tout et pour tout 3 ou 4 nuits. Le reste du temps, il était à Buchenwald. Il n'était pas à Auschwitz », semble-t-il extraire de l'ouvrage de l'auteur hongrois ? Oui, vous avez bien lu !

« Un étonnant article »

Ultime et peu glorieuse salve du journaliste, écrivain et cinéaste de 90 ans, il se souvient de l'accueil qu'ont réservé les médias à Shoah en 1985. Et Wiesel en prend encore pour son grade, coupable d'avoir pris la plume trop tard. « Elie Wiesel a fini par écrire dans le New York Times un étonnant article où il ne parlait ni du film ni de celui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant