Christian Paul (PS) : "Le Premier ministre met en danger la suite du quinquennat"

le
1
Christian Paul à Poitiers : le congrès n'a pas permis de clarifier les idées, selon le député PS.
Christian Paul à Poitiers : le congrès n'a pas permis de clarifier les idées, selon le député PS.

Pour accélérer l'entrée en vigueur de la loi Macron, le gouvernement a prévu ce mardi de recourir à l'article 49.3 de la Constitution. Un processus qui permettra l'adoption sans vote du projet de loi en nouvelle lecture. Le gouvernement avait déjà eu recours à cette arme en février lors de la première lecture du texte, face à l'opposition attendue de 30 ou 40 députés PS hostiles notamment à l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche. Mais, cette fois, le gouvernement va engager sa responsabilité avant tout débat dans l?hémicycle. Le député PS Christian Paul s'inquiète.

Le Point : Que retenez-vous de ce passage en force ?

Christian Paul : Utiliser le 49.3, c'est tout sauf une démonstration de force. C'est toujours un échec collectif et un aveu de faiblesse. Mais le pire, j'en témoigne, c'est qu'à aucun moment il n'y a eu une tentative de trouver un accord ou de discuter le texte. Le gouvernement a même succombé à la tentation de durcir le texte qui prévoit désormais le plafonnement des indemnités de licenciement abusif. Cela diminue le coût des licenciements abusifs sans effet sur l'emploi. Aucun patron ne « prévoit » un licenciement abusif quand il embauche. Mais en revanche, cela crée un déséquilibre dans la relation entre le patron et le salarié. Ce n'est pas une simplification du travail, mais une dégradation des protections élémentaires des salariés....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2723293 le mardi 16 juin 2015 à 13:12

    Arretez de vous faire mousser!La France a besoin de réformes et de jeunes politiques pour les voter.