Chine et USA s'engagent à ratifier l'Accord de Paris en 2016

le
0
PÉKIN ET WASHINGTON S'ENGAGENT À RATIFIER L'ACCORD DE PARIS EN 2016
PÉKIN ET WASHINGTON S'ENGAGENT À RATIFIER L'ACCORD DE PARIS EN 2016

par Michelle Nichols et Valerie Volcovici

NATIONS UNIES (Reuters) - Les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, la Chine et les Etats-Unis, se sont engagés vendredi à ratifier d'ici la fin de l'année l'Accord sur le climat conclu lors de la Conférence de Paris (COP21) en décembre dernier, ce qui laisse entrevoir son entrée en vigueur plus rapidement que prévu.

Selon les Nations unies, 174 Etats, un record, devaient signer vendredi l'Accord de Paris, étape préalable à la ratification. Parmi eux, 16 Etats devaient également annoncer officiellement à l'Onu qu'ils avaient ratifié la convention.

Pour entrer en vigueur, l'Accord de Paris doit être ratifié par au moins 55 pays représentant 55% des émissions de gaz à effet de serre. Les Etats-Unis et la Chine totalisent à eux deux 38% des émissions de gaz à effet de serre.

Lors de la cérémonie de signature vendredi, à laquelle ont assisté une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, le vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli a indiqué que la Chine procéderait à la ratification "avant le sommet du G20 à Hangzhou en septembre cette année".

Au nom des Etats-Unis, le secrétaire d'Etat John Kerry a évoqué une adoption officielle de la convention "cette année". Le président Barack Obama utilisera pour ce faire ses pouvoirs exécutifs.

François Hollande a pour sa part appelé l'Union européenne à ratifier l'Accord de Paris avant la fin de l'année et insisté sur la nécessité de fixer "le plus vite possible" un prix pour le carbone afin d'accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le Parlement français sera saisi avant l'été, a-t-il ajouté.

ÉPOQUE RÉVOLUE

Les pays parties à l'Accord de Paris devront faire en sorte que la hausse des températures dans le monde par rapport à leurs niveaux de la période pré-industrielle soit inférieure à deux degrés Celsius. Pourtant, même si l'Accord est appliqué, les réductions de gaz à effet de serre promises par les Etats sont insuffisantes pour parvenir à cet objectif.

Sur les trois premiers mois de 2016, les températures ont atteint de nouveaux records tandis que 2015 a été l'année la plus chaude depuis que des statistiques ont commencé à être tenues, au XIXe siècle.

"L'époque de la consommation sans conséquences est révolue", a déclaré vendredi le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon.

De nombreux pays en développement font pression pour que l'Accord entre en vigueur cette année, en partie pour s'assurer que les Etats-Unis seront de la partie si un républicain est élue en novembre à la Maison blanche.

Une fois l'Accord entré en vigueur, tout pays voulant s'en retirer doit, selon son article 28, attendre quatre ans, soit la durée d'un mandat présidentielle aux Etats-Unis.

L'acteur américain Leonardo DiCaprio, présent à la cérémonie de signature en tant que messager des Nations unies pour le changement climatique, a estimé que l'affluence record enregistrée ce vendredi, Journée de la Terre, ne serait "pas suffisante".

"Notre planète ne peut être sauvée à moins que nous laissions les carburants fossiles dans le sol où est leur place", a-t-il déclaré.

La précédente journée record pour un premier jour de signature d'une convention internationale remonte à 1982 quand 119 Etats avaient signé la Convention sur le droit de la mer, finalement entrée en vigueur le 16 novembre 1994, après ratification du soixantième Etat.

(avec Lesley Wroughton, Louis Charbonneau et Luciana Lopez; Tangi Salaün et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant