"Charlie Hebdo" : Riss imagine le petit Aylan en "tripoteur de fesses"

le
3
Riss est au coeur d'une polémique pour ce dessin paru dans Charlie Hebdo.
Riss est au coeur d'une polémique pour ce dessin paru dans Charlie Hebdo.

"Charlie doit être là où les autres n'osent pas aller. Pour cette couverture, je voulais dépasser telle ou telle religion et toucher à des choses plus fondamentales. (...) En affirmant les choses clairement, ça fait réfléchir. Il faut bousculer un peu les gens, sinon ils restent sur leurs rails", déclarait Riss à propos de la une de Charlie Hebdo du 6 janvier 2016. Un an après l'attaque de la rédaction, "L'assassin court toujours", titrait l'hebdo sous un Dieu au regard fuyant et armé d'une kalachnikov.

LIRE aussi Un an après les attentats : ils n'ont pas tué "Charlie"

Une semaine plus tard, l'actuel directeur de la publication du journal satirique semble appliquer cette règle à la lettre. En témoigne l'un de ses dessins mettant en scène le petit Aylan, cet enfant retrouvé mort sur une plage turque, "s'il avait grandi". Il serait devenu un "tripoteur de fesses en Allemagne" ! Le dessin fait directement écho à la soirée du nouvel an à Cologne, où plusieurs centaines de femmes ont été victimes de violences sexuelles. Des agressions qui auraient été commises en majorité par des individus d'origine étrangère. Le dessin provocateur force encore le trait sur l'amalgame qui n'a pas manqué de suivre ces incidents. Au risque d'être accusé de le pratiquer lui-même.

Riss a ainsi provoqué la colère de certains internautes. Sur Twitter,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JOG58 il y a 11 mois

    honte à ces individus qui pensent que tout est permis....aucun respect pour qui que ce soit...

  • Spartaku il y a 11 mois

    Riche comme Crésus , Charlie peut désormais tout se permettre , même perdre tous ses lecteurs .....

  • dhote il y a 11 mois

    La liberté d'expression doit avoir des limites, les caricatures insultantes qui blessent ne présentent aucun intérêt à part pour l'auteur qui roule les mécaniques en disant "vous avez vu j'ai osé".