"Charlie Hebdo" : le passé corrézien des frères Kouachi

le
3
Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo, ont tué 12 personnes.
Chérif et Saïd Kouachi, les auteurs de l'attentat de Charlie Hebdo, ont tué 12 personnes.

Quelle conjonction troublante de hasards ! Les frères Kouachi, qui ont terrorisé la France pendant trois jours, ont passé six ans, de 1994 à 2000, à Treignac en... Corrèze, le département de François Hollande. Ils avaient été placés au centre social des Monédières, géré par la Fondation Pompidou, et soutenu - comme nombre d'établissements corréziens - par les Chirac. Personne à l'époque n'aurait pu imaginer que ces deux frères muteraient en terroristes djihadistes. "D'après ce que m'ont dit leurs anciens professeurs et ceux qui étaient à l'école avec eux, dit le maire de Treignac Gérard Coignac au Point.fr, ils étaient bien intégrés, jouaient même dans l'équipe de football et ne posaient aucun souci. C'était des gamins comme nous en voyions beaucoup passer. Ils n'ont pas pu prendre racine de leur évolution ici. Dès qu'ils ont 18 ans, ces jeunes sont très pressés de revenir dans les grands centres urbains."Lire aussi EXCLUSIF Les frères Kouachi, du "loup solitaire" à la meute de la terreur (édition abonnés)Le maire de ce village de Haute-Corrèze de 1 395 habitants avait été prévenu dès le lendemain matin de la tuerie au journal Charlie Hebdo du lien entre Treignac et les frères Kouachi. "Les gendarmes m'ont mis en alerte pour que je sois vigilant, car, comme ils étaient en cavale, ils auraient pu revenir vers chez nous, précise Gérard Coignac. Mais ils sont restés en région parisienne."Ironie de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le samedi 10 jan 2015 à 16:03

    Mon grand père l'a toujours dit: rien de bon ne peut venir du limousin.

  • grinchu1 le samedi 10 jan 2015 à 15:58

    encore la bêtise insondable de nos "élites" !!!...

  • LeRaleur le samedi 10 jan 2015 à 15:58

    La faute à Chirac...